La Nouvelle Tribune

Cameroun : Paul Biya annonce une réorganisation militaire contre Boko Haram

Espace membre

Après avoir limogé des hauts gradés de l’armée suite à l’attaque de Boko Haram qui s’est soldée par l'enlèvement de la femme du vice-premier ministre camerounais, le Président Paul Biya, avant son départ pour Washington, a annoncé samedi, qu’il a pris des mesures ardues pour aller en guerre contre la secte islamiste dans le nord du pays.  

« J'ai envoyé des secours, des renforts en hommes et en matériels (...) nous avons renforcé notre potentiel » a déclaré le chef de l’Etat camerounais qui s’est rendu à Washington pour le du sommet Etats-Unis/Afrique qui s'ouvre lundi et qui traitera confie-t-il, «de la lutte contre le groupe terroriste Boko Haram ».

Il a indiqué qu’il a envoyé le chef d'état-major, dans le nord « pour réorganiser » le  dispositif militaire du Cameroun. Selon  le président camerounais, son pays a les moyens pour faire face à Boko Haram. "Ce n'est pas le Boko Haram qui va dépasser le Cameroun. Nous continuons le combat et nous les vaincrons", a-t-il lancé après avoir dit « Je crois que les jours à venir montreront que nos efforts pour organiser une riposte et une défense de notre territoire sont efficaces ».

Cameroun : Boko Haram enlève la femme d'Amadou Ali, vice-premier ministre suite à une attaque

Toutefois il reconnait la capacité de nuisance de la secte islamiste. Avec  Boko Haram, explique-t-il, « On a affaire à un ennemi pervers, sans foi ni loi, qui attaque la nuit, qui égorge, et qui a évidemment fait des exactions à Kolofata et à Hile-Halifa », près de la frontière nigériane. C’est à Kolofata que la secte a mené le 27 juillet dernier, une attaque qui a fait au moins 15 morts et une dizaine de personnes enlevées dont l'épouse du vice-Premier ministre chargé des Relations avec les Assemblées, Amadou Ali, et le sultan de Kolofata.