La Nouvelle Tribune

Barack Obama : «Les jeunes (africains) doivent beaucoup demander à leurs dirigeants »

Espace membre

Comme prévu dans leur programme de séjour aux Etats-Unis d’Amérique, les 500 jeunes africains participants à l’édition 2014 du « Young African Leadership Initiative » (Yali) ont échangé ce lundi 28 juillet avec le président Barack Obama à Washington. Une sorte de sommet avec celui qui a initié ce programme qui permet chaque année à 500 jeunes leaders africains de se rendre aux Etats-Unis pour suivre entre autres des cours de renforcement de capacités dans les universités du pays. 

Dans son adresse hier à ces tous premiers bénéficiaires du Yali, Barack Obama leur a fait comprendre que c’est aux jeunes africains de dire aux dirigeants de leurs pays ce dont ils ont besoin pour leur véritable épanouissement. Ce grand oral du premier président noir américain a porté sur des thèmes comme la démocratie, les modifications constitutionnelles, la corruption, l’égalité des genres. « Une des choses que je trouve très intéressantes, c’est de voir à quel point les jeunes africains ne réclament pas d’aide, pas d’argent. Ils veulent savoir comment créer des opportunités grâce à l’entreprenariat et au commerce. Car si vous voulez un développement sur la longueur, la clé est de maitriser vous-même ce qui est produit pour ensuite pouvoir échanger avec les autres pays du monde d’égal à égal », a déclaré  Barack Obama. Avant d’insister que « les jeunes (africains, Ndlr) doivent demander beaucoup à leurs dirigeants, leur niveau d’attente doit être élevé. » Mieux, Ils ne doivent pas se laisser « duper par la notion selon laquelle il y aurait une voie africaine. » « Non, a-t-il martelé. Faire les choses à l’africaine, ce n’est pas arriver au pourvoir et d’un coup avoir deux milliards de dollars sur un compte en banque en Suisse.» Allusion faite au degré de corruption et d’enrichissement illicite des dirigeants africains.

Il faut rappeler que cette rencontre entre les jeunes leaders africains et le président Barack Obama s’est tenu à quelques jours de l’historique sommet Etats-Unis Afrique. Qui réunira à Washington la quasi-totalité des chefs d’Etat et de gouvernement africains du 4 au 6 août.