La Nouvelle Tribune

Mali : « Fin des hostilités » !

Espace membre

La fin des hostilités au nord Mali a été obtenue sur papier jeudi à Alger à la faveur des  négociations de paix qui ont accouché de la signature d’un accord de "cessation des hostilités" par  le gouvernement malien et six groupes armés.

Le Mouvement national de libération de l'Azawad (Mnla), le Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (Hcua) et le Mouvement arabe de l'Azawad (Maa), le Mouvement arabe de l'Azawad-dissident (Maa-dissident), la Coordination pour le peuple de l'Azawad (Cpa) et la Coordination des Mouvements et fronts patriotiques de résistance (Cm-Fpr) se sont mis aussi d’accord avec le gouvernement de Bamako pour trouver des solutions définitives aux problèmes qui surviennent périodiquement dans le nord du Mali à travers la signature d’une "feuille de route" visant  la mise en place d'un cadre pour des négociations de paix pour permettre l'émergence d'une solution globale et négociée.

Ces négociations d'Alger qui ont débouché sur la signature de ces deux importants documents sont les premières qui ont réuni autour d’une même table autant de parties impliquées dans le conflit qui divise le Mali. Les parties opposées  dans ce conflit sont tombées d’accord devant l’Algérie, le Niger, le Burkina Faso, le Tchad, la Mauritanie ainsi que l'Onu, l'Ua, la Cedeao, l'Oci et l'Ue qui ont aussi pris part aux pourparlers.

Les accords d’Alger ont aussi prévue la libération des prisonniers et de toute autre personne détenue "du fait du conflit".  Etant donné que les négociations doivent reprendre à Alger du 17 août au 11 septembre pour qu’un plan de paix soit signé à Bamako, ces accords obtenus jeudi, constituent selon le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra un "résultat satisfaisant qui vient de couronner la phase initiale du dialogue intermalien".