La Nouvelle Tribune

Centrafrique : le pays bientôt divisé en deux ?

Espace membre

La Centrafrique pourrait accoucher d’ici peu, du 55è Etat africain. C'est l'une des raisons fondamentales du blocage des négociations du "Forum pour la réconciliation nationale et dialogue politique" en Centrafrique qui devrait déjà prendre fin ce mercredi, dans la capitale congolaise à Brazzaville. 

L’ex-rébellion de la Séléka qui a claqué la porte des négociations dès le premier jour, exige la division du pays en deux. Les représentants, de la Séléka qui avant l’ouverture du forum, avait demandé la scission du pays, ont réitéré leur exigence, au président congolais Denis Sassou Nguesso qui est le médiateur désigné par ses pairs de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC). Selon les informations de coulisse, il devrait recevoir mardi, la délégation de la Séléka conduite par Mohamed-Moussa Dhaffane, qui s’est retranchée dans leur hôtel. Cette exigence de la division du pays en deux, est actuellement rejetée par la grande majorité des négociateurs. N’empêche que pour certains, cela s’impose vue la dégradation de la situation.

Prévisible

Cette exigence ne devrait pourtant pas surprendre les négociateurs. Avec la délocalisation des musulmans envoyés dans le nord du pays aux mains de la Séléka, groupe majoritairement musulman, cette scission s’était déjà dessinée. Les médias en son temps avaient prévenu, mais hélas, personne n'avait senti le danger venir. L’autre signe de cette demande de scission est la reconduction de l’ex-président de la transition, un des véritables auteurs du chaos dans le pays, Michel Djotodia à la tête de mouvement de rébellion qui s’est métamorphosé en mouvement politique.

Michel Djotodia reconduit à la tête de la Seleka : Bénin terre d’exil ou base arrière ?