La Nouvelle Tribune

MH 17 de Malaysia Airlines : les Etats-Unis s’offusquent de l’insécurité sur le site du crash

Espace membre

Le crash jeudi après-midi du Boeing 777 du vol MH 17 de Malaysia Airlines continue de susciter des réactions courroucées de la part des dirigeants occidentaux. L’appareil qui s’est écrasé à l’est de l’Ukraine, dans la région de Donetsk, sous contrôle des séparatistes pro-russes a vraisemblablement été abattu par un missile sol-air, avec la mort de toutes les 298 personnes à son bord.

Actuellement, c’est l’accès des enquêteurs au site et la fiabilité des données qu’ils y trouveront qui fait débat.  Tant les forces séparatistes pro-russes, accusées par Kiev d’avoir abattu accidentellement l’appareil qui ralliait Amsterdam (Hollande) à Kuala Lumpur (Malaisie), sont soupçonnées de dissimuler des preuves et d’enlever les corps des victimes.

Et voilà qui révolte davantage Washington.  « Le site n’est pas sécurisé et il y a de nouveaux témoignages concernant des corps qui ont été déplacés, des morceaux de l’avion qui ont été emportés, s’accompagnant d’une potentielle falsification des preuves », a déploré hier samedi Jen Psaki, la porte-parole du Département d’Etat américain. Qualifiant cela d’un « affront inacceptable » à « toutes les personnes qui ont perdu des proches et à la dignité que l’on doit aux victimes. »