La Nouvelle Tribune

Sahara occidental : le Maroc et l'Algérie à couteaux tirés

Espace membre

L’Algérie et le Maroc ne parlent pas d’une même voix. Et les choses semblent davantage se compliquer pour la résolution de leur différent dans le dossier du Sahara occidental. Samedi, les autorités algériennes sont montées au créneau pour vilipender l’attitude de Rabat qui, jeudi avait accusé Alger de faire des coups-bas et de favoriser la nomination de l’ancien président du Mozambique, Joachim Chissano comme envoyé spécial de l'Union africaine pour le Sahara occidental. 

L’Algérie fait usage de « tous les moyens financiers et logistiques pour contrecarrer les efforts du Maroc visant à trouver une solution » avait déclaré le ministre marocain des Affaires étrangères qui a traité les méthodes utilisées par l’Algérie de «vraiment minables ». Aussi, «L'UA n'a aucune base juridique aucune légitimité morale pour intervenir de quelque manière que ce soit dans ce dossier » a fait savoir le ministre marocain qui martèle que « l’Onu et l’Onu, seulement a été mandatée pour rechercher une solution politique ».

Rétorquant à ces accusations et déclarations, la diplomatie algérienne a jugé ces les propos de Rabat « outrageants, irresponsables et outrancièrement insultants ». A l’appréciation du porte-parole du ministre algérien des Affaires étrangères, « les exigences marocaines sur la question du Sahara occidental sont unilatérales et infondées ». A l’en croire de telles déclarations injurieuses ne sont pas une première de la part du Maroc qui, a souvent recours à des propos blessants lorsque son appareil étatique se retrouve bloqué.