La Nouvelle Tribune

Mali : le Fmi exige un audit à Bamako avant de dégeler ses aides

Espace membre

Les relations entre le Fonds monétaire internationale (Fmi) et Bamako se portent visiblement mal. Pour cause, l’institution que dirige Christine Lagarde soupçonne le gouvernement malien de mauvaise gestion des finances publiques. En effet, en visite de travail auprès de l'institution basée à Washington, Bouaré Fily Sissoko, ministre de l'Économie et des Finances publiques maliennes, est revenu, conjointement, avec le chef de mission du Fmi pour le Mali sur la polémique d’achat du jet présidentiel d'Ibrahim Boubacar Keïta et des contrats passés sans appel d'offres entre le gouvernement et des sociétés privées. 

Mais ces échanges n’ont pas suffit à réinstaurer un climat de confiance qui devrait favoriser la reprise normale de la coopération. Car dans un communiqué rendu public, l’institution internationale a indiqué «avoir discuté des faiblesses dans la gestion des finances publiques maliennes et identifié des mesures concrètes pour y remédier ». Au nombre de ces mesures, figure un audit à réaliser par Bamako sur les différentes transactions controversées et prendre de nouvelles "directives" sur les passations de marchés publics. Aussi, faut-il le souligner, initialement attendues en juin, les équipes du Fmi ne se rendront qu'en septembre au Mali pour mener leur audit, seule condition au versement d'une nouvelle tranche d'aide.