La Nouvelle Tribune

Syrie : Bachar Al- Assad réélu président, l’Occident dénonce un « simulacre d’élection »

A lire

Leçons de football et leçons de vie

France : leur mosquée fermée, des musulmans décident de prier dans les rues de Clichy

se connecter
se connecter

C’est en pleine guerre civile que les Syriens se sont rendus aux urnes mardi 3 juin 2014 pour l’élection présidentielle. 15,8 millions d’électeurs étaient appelés à départager Bachar Al-Assad, Hassan al-Nouri et Maher al-Hajjar. Les 11, 5 millions d’électeurs qui ont finalement voté ont préféré, dans leur grande majorité, Bachar Al-Assad.

L’homme a été réélu avec un score de 88, 7% contre 4,3% pour Hassan al-Nouri et 3,2 % pour Maher al-Hajjar. Mais le scrutin ne s’est déroulé que sur 40 % du territoire où vit un peu plus de la moitié (60%) de la population. Celle de toute les grande villes du pays, y compris celles contrôlées en partie par les rebelles ont pu exprimer leur suffrage. A une exception près, la ville de Raga dans le nord du pays. Seulement, le scrutin n’a pas eu la bénédiction des Occidentaux. Réunis hier à Bruxelles, les dirigeants du G7 ont dénoncé par voie de communiqué un « simulacre d’élection ».

En visite au Liban, John Kerry, secrétaire d’Etat américain a lui parlé de « non-élection », « un zéro pointé ». « L’élection est illégitime et mine les efforts pour trouver une solution à cet horrible conflit », a fustigé Catherine Ashton, chef de la diplomatie européenne. Avant d’appeler « le régime à reprendre de véritables négociations politiques qui créeront les conditions permettant la réelle expression de la volonté du peuple syrien. »