La Nouvelle Tribune

Centrafrique : deux morts à Bangui, Sangaris et Misca décidés à riposter

Espace membre

Les nouvelles attaques en Centrafrique de ce vendredi ont fait 02 morts selon un bilan présenté par des sources proches de Bangui, la capitale du pays. Cette information portée par des témoignages de manifestants a été confirmée par une source militaire qui précise qu’au moins trois autres personnes ont été blessées par balle et conduites à l'hôpital communautaire de Bangui. 

Ces deux morts s’ajoutent à la quinzaine de jeudi dernier dont faisait partie un prêtre. Les forces étrangères Sangaris et Misca qui ont aussi fait l'objet d’attaques, ont affirmé dans un communiqué qu’elles allaient riposter avec la dernière rigueur aux assaillants qui se hasarderaient à les attaquer de nouveau ou à s’en prendre aux populations. La présidente de transition Catherine Samba Panza dont la démission est demandée par les jeunes manifestants, vient de faire une déclaration à la radio.

Elle appelle à l'arrêt des violences. «Devant cette situation de guérilla urbaine (…) je suis profondément indignée. Je demande aux forces de défense et de sécurité de prendre toutes les mesures qui s’imposent » a-t-elle ajouté qualifiant l’attaque de Fatima de terroriste. Avec l’intensité des violences, des instructions fermes ont été données à des membres de son cabinet pour qu’ils ne sortent pas de chez eux ce vendredi. Pour le Premier ministre centrafricain, André Nzapayéké, qui s’est exprimé après l’attaque meurtrière de jeudi, le regain de violences relève d’"un complot planifié" par des "hommes politiques très proches du pouvoir".