La Nouvelle Tribune

Mali : IBK déclare la guerre à Kidal

Espace membre

" Kidal va cesser d'être une exception quoi qu'il nous en coûte". Ainsi s'exprimait le président malien, Ibrahim Boubacar Kéita face à la situation qui prévaut dans le nord du pays. Après avoir accusé tout azimuth les forces étrangères présentes sur le territoire malien de passivité et de laxisme face à la menace des rebelles touaregs, IBK déterre la hache de guerre et prévient donc qu'il n'abandonnera pas tant que les rebelles n'auront pas déposé les armes.

Les rebelles touaregs sont en effet à la base du chaos qui prévaut au Mali, même si il faut le reconnaître, la responsabilité de l'ancien président ATT peut être établie. En effet, les islamistes qui ont longtemps sévi au nord du Mali étaient initialement des alliés du mouvement rebelle MNLA qui a chassé sans ménagement les forces armées régulières du nord du pays, en utilisant des armements lourds, notamment ceux venus de Libye.

Le président malien se montre donc déterminé à résoudre le problème touareg y compris par la force. Une détermination qui cache peut-être une volonté de masquer le gros scandale d'achat d'avion, pour un pays où le président peut encore se contenter d'un vol régulier, sans que cela ne pose le moindre souci.