La Nouvelle Tribune

Mini-sommet de Paris : unité absolue acquise pour en finir avec Boko Haram (vidéo)

Espace membre

Nouveau départ dans la lutte contre Boko Haram. Le Nigéria et ses voisins ont professé à l’Elysée leur unité pour combattre la secte islamiste Boko Haram qui menace la stabilité de la région.

Au terme du mini-sommet de Paris, les cinq chefs d'Etat africains, aidés des occidentaux, ont adopté un plan de guerre contre le groupe islamiste armé nigérian Boko Haram. « Nous sommes ici pour déclarer la guerre à Boko Haram », a déclaré le président camerounais Paul Biya rejoint par son homologue Thomas Boni Yayi qui assure « Nous sommes décidés à mutualiser nos efforts, nos ressources, au niveau régional et international ».

Même son de cloche avec le président tchadien Idriss Deby qui souligne l’urgence du combat. «Ces terroristes ont déjà fait du mal dans la sous-région, les laisser continuer, c'est prendre le risque de laisser l'ensemble de la sous-région, de l'Afrique dans le désordre », prévient-il. Le président nigérien Mahamadou Issoufou quant à lui, s’est inscrit dans la prévention.

Il faut selon lui, prévoir à long terme « un développement économique et social de la zone » pour lutter contre la misère, terreau favorable à l'émergence de mouvements tels que Boko Haram. Le plan adopté à Paris samedi, a été détaillé par le président français. Cela prend en compte « la coordination du renseignement, l'échange d'informations, le pilotage central des moyens, la surveillance des frontières, une présence militaire autour du lac Tchad et une capacité d'intervention en cas de danger ». De son côté, le président nigérian qui est dans la tourmente, s’est dit tout feu, tout flamme pour retrouver les lycéennes encore captives de Boko Haram.