La Nouvelle Tribune

Centrafrique : des drones pour avoir le contrôle de la situation

Espace membre

Le territoire centrafricain pourrait passer sous la surveillance de drones, les systèmes de surveillances aériennes sans pilotes. L’usage des drones de surveillance est plausible selon les explications du secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l'Onu, Hervé Ladsous qui, en marge de sa mission pour "évaluer la situation" avant le déploiement en septembre de 12.000 casques bleus en Centrafrique, s’est adressé à la presse samedi, à Bangui.

Au cours de son Entretien  avec les médias M. Ladsous a déclaré « Je réfléchis activement à la possibilité de déployer ce qu’on appelle des systèmes de surveillance aériens sans pilote, autrement dit des drones de surveillance, je dis bien non armés, mais pour surveiller ce qui se passe ». Selon le secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l'Onu la situation qui prévaut en Centrafrique s’y prête bien. Je crois, dit-il, «  que c’est un instrument qui devrait être très utile dans ce type de territoire ». La Centrafrique est en lambeau depuis le coup de force des Sélékas conduits par l’ancien président Michel Djotodia qui a pris le pouvoir en mars 2013 avant de le laisser en janvier dernier pour se réfugier au Bénin, pays de son épouse où il vit tranquillement pendant que ses compatriotes continuent de s’entretuer.

Malgré l’intervention des forces françaises et africaines, des milices armées perpétuent des actes de violences et de pillages. En réponse à ce chaos, les Nations-unies ont approuvé le déploiement en septembre de 12.000 Casques bleus pour prendre la relève des forces actuellement présentes sur le territoire centrafricain.