La Nouvelle Tribune

Rwanda : Kigali veut raser l’institut français exproprié à l’ambassade de France

Espace membre

La France est-elle indésirable au Rwanda. Après avoir ordonné et obtenu la fermeture du Centre culturel français de Kigali, la municipalité de la capitale rwandaise veut sa destruction. La municipalité avait confisqué le bâtiment estimant qu’il n’était plus «rationnellement utilisé ».

Et en de pareilles circonstances, selon le maire, la loi d’urbanisme en vigueur au Rwanda prévoit une expropriation. La partie française avait contracté un bail emphytéotique avec les autorités de Kigali pour ce site convoité par celles-ci depuis la rupture des relations diplomatiques entre la France et le Rwanda sur la période allant de 2006 à 2010. A en croire le maire de Kigali, l’expropriation de l’Ifr n’a aucun lien avec les problèmes diplomatiques entre les deux pays. La mise en demeure de l’Institut français datait de novembre 2013, a-t-il indiqué ajoutant qu’il avait notifié la confiscation du terrain pour non-exploitation à la partie française en mars dernier.

Il précise que la municipalité a tenu informée l’ambassade de France, de l’obligation de destruction du bâtiment inoccupé sous les 15 jours pour des raisons de sécurité. Le temps que Kigali mette en exécution sa menace de destruction, le bâtiment l’Institut français au Rwanda est toujours là avec l’inscription « interdit de pénétrer dans l’enceinte » également traduite en kinyarwanda et anglais sur son portail.