La Nouvelle Tribune

Burkina-Faso : le pouvoir arrache les passeports diplomatiques aux nouveaux opposants

Espace membre

Au Burkina-Faso c’est la guerre autour des passeports diplomatiques. Des nouveaux opposants du parti au pouvoir qui se sont regroupés au sein d'un parti d’opposition se sont vus retirer leurs passeports diplomatiques qu'ils avaient acquis quand avant leur dissidence.

Aussitôt devenus opposants, des cadres du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), un parti constitué essentiellement de dissidents du parti de Blaise Compaoré,  ont été dépossédés de leurs passeports diplomatiques qui ne sont pas encore arrivés à expiration.

Selon un des membres influents du Mpp, Clément Sawadogo, ancien ministre de l’Administration du territoire, il a été informé de l’annulation de son passeport par téléphone. «Mon interlocuteur m’a juste dit qu’à partir du vendredi 18 avril le passeport diplomatique en ma possession est annulé, sans même me donner les raisons. Il a tout simplement affirmé qu’il appelait du ministère des Affaires étrangères » a confié à  Rfi monsieur Sawadogo qui fustige le comportement du gouvernement.

Tout comme lui,  l’ancien député du parti au pouvoir devenu opposant  dès janvier 2014, Victor Tiendrebeogo apprend qu’il a été aussi informé de l’annulation de son passeport diplomatique dans les mêmes conditions. «Monsieur Tiendrebeogo, votre nom figure sur une liste de 43 personnes dont les passeports diplomatiques viennent d’être annulés » lui a dit un consul du Burkina qui l’a joint au téléphone.

Une entorse ?

Pour les victimes ce qui leur arrive est une entorse à l’habitude.  « Le gouvernement pouvait laisser au moins les passeports arriver à expiration. C’est ce qu’on a l’habitude de faire » souligne Clément Sawadogo. Mais contrairement à cette mauvaise habitude érigée en règle les dispositions du pays stipulent que le titulaire d’un passeport diplomatique en perd l’usage dès qu’il perd sa qualité d’agent de l’Etat. Il n’y a donc pas péril en la demeure.