La Nouvelle Tribune

Cpi : verdict de confirmation ou non des charges contre Gbagbo dans moins de 60 jours

Espace membre

Jour J -59. A compter de ce mardi, il reste seulement 59 jours dans le délai demandé par la procureure de la Cpi, Fatou Bensouda, pour présenter le verdict de l’audience de confirmation ou non des charges contre l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo. Dans un communiqué de la Cpi rendu public ce lundi, la juridiction internationale affirme qu'elle "a désormais 60 jours pour rendre sa décision concernant la confirmation des charges contre Laurent Gbagbo ".

Le compte à rebours vient ainsi de commencer pour l’ex-homme fort du pays des éléphants d’Afrique et ses partisans. Le verdict est très attendu dans le camp de Laurent Gbagbo où l’on nourrit toujours l’espoir de le voir revenir briguer une nouvelle mandature à la tête du pays au grand dam d’Alassane Ouattara dont le premier mandat arrive à terme en 2015. Dans le camp de l’actuel homme fort de la Côte d’Ivoire, une infirmation des charges contre le Président Gbagbo ne serait pas une bonne nouvelle. Malgré sa situation de détenu à la Cpi, Laurent Gbagbo jouit encore de l’estime d’une bonne partie des Ivoiriens à en croire ses partisans qui tiennent régulièrement des meeting un peu partout dans le pays.

Sur la confirmation des charges, l’incertitude plane. Mme Bansouda avait déjà notifié au mois de juin 2013 que les juges de la Cpi avaient besoin de preuves supplémentaires pour décider de mener ou non un procès contre Laurent Gbagbo. Bien avant l’annonce du délai de 60 jours dont il ne reste que 59 à compter de ce mardi, la défense de l’ex-président ivoirien avait déposé un rapport dans lequel elle a fait des observations sur les dernières preuves de la procureure Fatou Bensouda. Déjà 03 ans que le Président Laurent Gbagbo est détenu à la Haye, toutes les attentions sont donc fixées sur le décompte des jours pour savoir la suite qui sera donnée à ce dossier dans lequel Gbagbo est mis en cause pour son rôle présumé dans les violences postélectorales qui avaient plongé la Côte d'Ivoire dans un chaos qui a duré cinq mois, de décembre 2010 à avril 2011 et ayant fait plus de 3000 morts, selon les données officielles.