La Nouvelle Tribune

FMI : le projet de réforme en faveur des pays émergents a du plomb dans l'aile

A lire

Leçons de football et leçons de vie

France : leur mosquée fermée, des musulmans décident de prier dans les rues de Clichy

se connecter
se connecter

C'est un projet de réforme qui date de 2010. La réforme est proposée par le G20 et consiste à doubler les ressources du Fonds et à renforcer le poids des Brics (Brésil, Russie, Chine, Inde et Afrique du Sud). Le blocage principal vient des Etats-Unis d'Amérique dont le Congrès n'a pas encore ratifié le texte.

Cela pourrait se faire d'ici la fin de l'année selon l'administration Obama. Mais est-ce possible, quand on sait la réticence des élus républicains vis-à-vis de la réforme. En dépit de l'engagement des autres parties, aucune réforme ne pourrait être mise en oeuvre au Fmi, à l'étape actuelle, sans l'aval des Etats-Unis. Cette réforme va modifier la gouvernance financière du Monde, donnant un peu plus de pouvoir aux économies émergentes.

C'est peut-être ce qui fonde la crainte des Républicains. Elle a été au coeur d'une rencontre ce week-end entre responsables du G 20 et représentants de pays membres du Fmi. La rencontre s'est soldée par une note de déception des ministres des Finances du G 20. Ils sont "profondément déçus" par le blocage américain. La réforme du Fmi connaitrait peut-être le même sort que celle de l'Onu qui peine à prendre corps depuis plusieurs décennies.