La Nouvelle Tribune

Ukraine : le Parlement de la Crimée vote le rattachement à la Russie

Espace membre

L’Ukraine est décidément un véritable terrain de guerre froide, sur fonds de pressions économiques, politiques, militaires et de sécession entre la Russie et l’Union européenne, par-delà toute l’Occident.  Selon l’agence de presse russe RIA, le Parlement de la Crimée, une péninsule rattachée à l’Ukraine dans les années 1950 et dont les habitants sont majoritairement russophones, a décidé du rattachement de la région à la fédération de Russie.

« Les députés ont décidé d’adhérer  à la fédération de Russie avec les droits d’un sujet de la fédération de Russie », indique le texte adopté par les parlementaires et cité par l’agence RIA. Le Parlement a pris cette décision en attendant l’avis des populations sur l’adhésion de la péninsule à la fédération de Russie ou son maintien au sein de l’Ukraine. La position du peuple de Crimée sera connue à l’issue du référendum du 16 mars prochain, comme l’a annoncé le vice-premier ministre de la péninsule Roustam Temirgaliev.

Gel des avoirs

Du côté diplomatique, les nouvelles ne sont pas encore totalement bonnes. On apprend que Robert Serry, envoyé spécial de l’Onu en Crimée a dû écourter sa mission sur la péninsule pour se retrouver à Istanbul en Turquie, après avoir été retenu hier mercredi par des miliciens pro-russes. Mais Farhan Haq, un porte-parole de l’Onu a indiqué que Robert Serry va retourner « sous peu à Kiev pour poursuivre sa mission. » Pendant ce temps, Bruxelles continue sa pression diplomatique et financière. On apprend en fait d‘Euronews que l’Union européenne a décidé du gel des avoirs de l’ex-président ukrainien Victor Ianoukovitch, de l’ex-premier ministre Mikola Azarov et de seize autres personnalités du régime Ianoukovitch, jugées responsables de violations des droits de l’homme ou de mauvaise gestion de fonds publics.