La Nouvelle Tribune

Gabon : la dissidence de Jean Ping ne surprend pas le gouvernement

A lire

Leçons de football et leçons de vie

France : leur mosquée fermée, des musulmans décident de prier dans les rues de Clichy

se connecter
se connecter

Le divorce de Jean Ping d'avec le pouvoir gabonais, annoncé au cours du week-end passé par l’ancien ministre lui-même ne constitue pas une surprise pour le gouvernement d’Ali Bongo. La présidence gabonaise l’a fait savoir à travers son porte-parole qui s’est prononcé au micro de RFI.

Alain Claude Bilié Bi Nzé, le porte-parole de la présidence de la République croit savoir que C’est pour servir ses propres intérêts que Jean Ping a pris une telle décision. « Nous avons constaté que Monsieur Ping s’allie là avec des gens avec qui il n’a strictement rien à voir. Il fait partie de ces personnalités qui après avoir été au pouvoir au Gabon, après avoir tout eu du pouvoir gabonais, pensent aujourd’hui que leur heure serait arrivée », a-t-il déclaré après avoir mentionné que la nouvelle n’a pas été une surprise, du côté du gouvernement.

Il faut noter que c’est au cours du week-end passé que Jean Ping a fait savoir devant des militants de l’opposition, qu’il n’a plus rien à voir avec le pouvoir gabonais. Faut-il encore le rappeler, l’homme avant de se tourner vers l’opposition a occupé de nombreux postes politiques sous le feu président Omar Bongo. Même après le décès de celui-ci, il a été président de la commission de l’Union africaine. Mais il semble désormais que ce n’est plus le grand amour entre l’homme et ses anciens alliés.