La Nouvelle Tribune

Genève II : fin de la première session sans accord de paix en Syrie

Espace membre

La première session des négociations pour le retour de la paix en Syrie, qui se tient depuis la semaine dernière, à Genève en Suisse, a pris fin comme prévu ce vendredi 31 janvier 2014. Eh bien, sur une note de déception même si bon nombre d'observateurs étaient sceptiques dès le départ.

Aucun accord n'a été trouvé entre délégués du gouvernement et de l'opposition sur les principaux points à l'ordre du jour. Il s'agit de l'acheminement de l'aide humanitaire aux victimes de la guerre civile, notamment ceux de la ville de Homs, puis la question de la transition politique. Sur ces deux points, rien de concret n'est sorti des dix jours de discussions tenues au Palais des Nations où se trouvent les bureaux de l'Onu à Genève.

Malgré les demandes des Nations Unies, un convoi d'acheminement de l'aide humanitaire à Homs est toujours bloqué. Lackdar Brahimi, médiateur (international) de l'Onu et de la Ligue arabe est d'ailleurs " très, très déçu " à ce propos. Concernant la transition politique, les deux camps sont restés campés sur leurs positions. L'opposition armée réclame un gouvernement de transition dans lequel, Bachar al-Assad, actuel président, n'aura aucun rôle à jouer. Elle veut donc son départ du pouvoir. Une revendication rejetée par la délégation gouvernementale. La deuxième session des négociations se tient le 10 février prochain. L'opposition a déjà confirmé sa présence. La délégation gouvernementale n'a pas émis de rejet mais veut d'abord consulter Damas. Le médiateur, lui, espère que " lors de la deuxième session, quand nous reviendrons, nous serons en mesure d'avoir des discussions plus structurées ". Il qualifie dans la même lancée la première session de " début très modeste mais un début sur lequel on peut construire."