La Nouvelle Tribune

France : la circulaire sur les spectacles de Dieudonné finalisée

Espace membre

Dieudonné, cet humoriste français qui a tenu lors de l’un de ses spectacles des propos jugés antisémites : « quand je l’entends parler, Patrick Cohen, je me dis, tu vois, les chambres à gaz…dommage ». Ces propos ont suscité un tollé général avec une valse de réactions et de condamnations.

Le gouvernement français a décidé de réagir avec une circulaire qui devrait permettre aux autorités locales d’interdire les prochains spectacles de Dieudonné. L’humoriste prévoit, en effet, une tournée qui le mènera à Nantes, Marseille, Limoges, Nancy, Metz et Tours. La circulaire a été finalisée ce lundi 07 janvier par le Premier ministre Jean-Marc Ayrault et le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls. On en sait très peu sur le contenu de la circulaire.

Mais au niveau de Matignon (Premier ministre) on annonce qu’elle « permettra de prendre des dispositions pour empêcher la banalisation des propos antisémites. » Sur ITélé ce lundi, Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement a affirmé qu’ « autant il est impossible au niveau national d’interdire une série de spectacles, autant au niveau local les préfets doivent avoir la marge de manœuvre nécessaire pour juger si ce spectacle porte atteinte à l’ordre public ou pas. (...) La circulaire va recommander aux préfets sitôt que l’atteinte à l’ordre publique est évidente, d’interdire de fait le spectacle de Dieudonné. Ce devrait d’ailleurs être le cas à Nantes », a-t-elle précisé.

Humour douteux sur le génocide rwandais sur Canal+ : le deux poids deux mesures en France (vidéo)

Dieudonné devrait se produire jeudi prochain au Zénith de Nantes. La direction du Zénith, repris par certains medias français, a annoncé qu’environ 5 000 places sur les 6000 disponibles ont déjà été vendues. Pour sa part, l’avocat de Dieudonné estime que « le fondement de l’interdiction du spectacle posera problème. » Convaincu que le spectacle du jeudi aura lieu, il pense qu’un contrat a été signé et « doit être respecté. » Pourtant, on apprend que les maires des villes de Nantes, Marseille, Limoges, Nancy, Metz et Tours ont demandé que les spectacles prévus dans leurs villes respectives soient annulés.