La Nouvelle Tribune

Nucléaire : l’Iran dénonce la violation de l’accord de Genève par les Etats-Unis

Espace membre

L’Iran boude après les nouvelles mesures prises à son encontre par les Etats-Unis. Ce jeudi 12 décembre 2013, Le Trésor américain a annoncé avoir ajouté de nouveaux noms à sa liste noire d’entreprises et individus soupçonnés de commercer avec l’Iran en violation des sanctions en vigueur.

Les avoirs dont disposent aux Etats-Unis ces sociétés et individus ainsi ciblés seront gelés ; avec interdiction faite à toute société américaine ou faisant affaires aux USA de commercer avec ces nouveaux membres de la liste noire. Cette nouvelle sanction américaine, qui ne dit pas son nom, intervient moins d’un mois après la signature d’un accord historique entre le Groupe de 5+1 (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Russie, Chine, Allemagne) et la république islamique sur son programme nucléaire. L’accord du 24 novembre signé à Genève, en Suisse, prévoit que l’Iran accepte de limiter son programme d’enrichissement d’uranium. En retour, la République islamique obtiendra un allègement des importantes sanctions imposées contre elles par les Occidentaux. Le document stipule que les Etats-Unis « s’abstiendront de décréter de nouvelles sanctions liées au nucléaire iranien.» David Cohen, sous-secrétaire au Trésor en charge de la lutte anti-terroriste justifie cette nouvelle mesure de son pays par le fait que l’accord de Genève « n’interfère pas et n’interféra pas avec » les « efforts sans relâche destinés à démasquer et atteindre tous ceux qui soutiennent le programme nucléaire de l’Iran ou qui cherchent à contourner les sanctions. »

Marquer une pause

« Le geste américain est contraire à l’esprit de l’accord de Genève », dénonce Abbas Araghchi, négociateur iranien. « Nous examinons la situation et nous aurons une réaction appropriée », a-t-il ajouté. Des négociations se tenaient depuis lundi dernier à Vienne, Autriche, entre des experts iraniens et les représentants du groupe de 5+1. Ces négociations ont été stoppées. Les experts iraniens ayant été rappelés par leurs autorités « pour des consultations », selon l’agence Irna. L’Iran est dans sa boute soutenu par la Russie qui constate aussi que la décision de l’administration américaine va « à l’encontre de l’esprit de l’accord de Genève. »