La Nouvelle Tribune

Madiba est parti… Et l’Afrique pleure un Homme Exceptionnel !

Espace membre

On dit souvent que les nouvelles les plus douloureuses nous viennent souvent de façon tout à fait banale… C’est le lieu de le dire, car nous étions perdu dans nos pensées, par cette belle soirée tropicale, à méditer sur notre sort, lorsqu’une clameur s’éleva de la grande salle, nous faisant comprendre que quelque chose venait de se passer.

Oui, quelque chose s’est passé, ce jeudi 05 décembre 2013, aux alentours de 21 heures 30 (en Temps Universel) : La nouvelle venait d’être diffusée sur toutes les chaînes internationales et locales de télévision, ainsi que les radios : Nelson Mandela s’en est allé… Madiba est parti ! Le Père de la nouvelle Afrique du Sud, une société démocratique et multiraciale, venait de rompre les Chaînes de la Vie, pour peut-être aller poursuivre son œuvre de Paix et d’Humanité ailleurs. Un ailleurs loin de nos quotidiens tumultueux qu’il a si bien marqués. Quelle que soit notre génération, petits ou grands, l’Homme nous a tellement marqués. D’abord par la souffrance et la peine, puis par la Consécration et les Honneurs du Pouvoir, de la République… Ainsi, le plus connu des prisonniers de la Terre, est devenu l’incarnation de la Paix, récompensée par un Prix Nobel partagé avec son ancien «Geôlier», Frédérik De Klerk, en passant de la Prison à la Présidence… Et il mérite bien cet hommage !

L’Afrique pleure une Icône, «un Géant» !

Le titre qui est venu spontanément à nos confrères de Radio France Internationale, dès les premières minutes qui ont suivi la diffusion de la nouvelle, c’est : «La mort d’un Géant…» Et ce Géant, c’est bien Nelson Mandela.

«Géant» dans le sens de la Grandeur d’Âme, et du Grand Cœur de cet homme qui a tant aimé, et qui a tant pardonné : Pardonné ses adversaires (qui n’étaient point des ennemis) ; pardonné pour les souffrances qu’il a subies, pendant vingt-sept (27) années d’emprisonnement et d’isolement, à cause d’un combat légitime pour la Justice.

Nelson Mandela, affectueusement appelé Madiba par le Peuple sud-africain reconnaissant, n’avait guère besoin d’être immense par la taille et la stature ; il l’était par la force de sa lutte, de ses idéaux et de ses convictions ; et par la constance de sa personnalité, ainsi que la fidélité à ses idées, depuis la Prison jusqu’à la Présidence.

C’est donc bel et bien un «Géant» qui est parti…

…Au soir de ce jour fatidique du jeudi 05 décembre 2013 ! Un Géant que l’Afrique ne finira pas de pleurer de si tôt, tant l’Homme était aimé par ses concitoyens, et au-delà des frontières, des mers et des océans.

Mais non, Nelson Mandela n’est point mort ! Comment le pourrait-il, mourir ? Et nous vous citons cette belle pensée qui nous parle bien à propos : «Ceux qui ont tant et qui sont tant aimés, ne meurent jamais…»

Ainsi, ce Grand Homme qu’est Nelson Mandela (remarquons le présent continu) n’est point mort… Il est juste «parti», pour d’autres cieux, pour d’autres combats, dans d’autres dimensions. Et, il ne tient qu’à nous, Africains, et même au-delà, toute l’Humanité, de poursuivre ce «Combat pour la Paix, pour la Liberté et pour les Droits de l’Homme», pour qu’il ne meure jamais, ni l’Homme, ni son Combat.

C’est en conservant cet Héritage, en en tirant leçon chacun à notre niveau, dans nos pays, en poursuivant l’œuvre de Paix, et en véhiculant les valeurs de Pardon et de Respect qu’il a su nous inculquer, que nous ferons vivre Nelson Mandela, pour toujours, en l’élevant au rang des Immortels : Immortel par l’exemple qu’il a été, en tant qu’Homme du Peuple, en tant qu’Homme d’Etat, et en tant que Citoyen… du Monde !

Et nous nous rappelons cette belle réplique tirée du film «Dernier Samouraï» :

«Je ne vous dirai pas comment il est mort ; je vous dirai plutôt comment il a vécu…» Car, toute sa vie, Nelson Mandela eut tant aimé que nous comprenions le sens de son Combat et celui de son engagement pour la Paix et la Liberté !

C’est le meilleur hommage que nous puissions lui rendre, en comprenant les idéaux de l’Homme, en les partageant, en les véhiculant, pour que cette œuvre ne se perde jamais dans le néant de l’oubli !

Comment pourrions-nous oublier celui qui, dès sa sortie de prison a étonné le monde par cette déclaration surprenante, signe de Pardon et de Sagesse : «Je ne veux pas d’une Afrique du Sud dominée par les Blancs ; je ne veux pas d’une Afrique du Sud dominée par les Noirs ; je veux une Afrique du Sud unie, où chaque Sud-africain pourra vivre dans le respect de ses Droits fondamentaux…»

Tel est l’Homme que l’Afrique pleure depuis ce jeudi 05 décembre 2013, en attendant de l’emmener à sa Dernière Demeure, avec les Honneurs de la République, et la reconnaissance de toute l’Humanité.

Mais, il n’est point mort, il est juste parti ! Car, comme on le dit chez  nous, les Grands Hommes ne meurent jamais ; tant que leur combat se poursuit, pour faire reculer les ténèbres de l’ignorance.

Que Dieu reçoive son Âme et lui fasse une Place Eternelle auprès de lui… Requiescat In Pace, Madiba !