La Nouvelle Tribune

Centrafrique : environ 80 cadavres découverts dans une mosquée et dans des rues

Espace membre

Ça sent la mort et l’horreur en Centrafrique. Un peu moins de 80 macchabées ont été retrouvés dans une mosquée et dans les rues de Bangui après les fusillades à l’arme lourde qui ont eu lieu dans la matinée de ce jeudi. Dans cette mosquée du quartier PK5, en plein cœur de Bangui, 54 cadavres ont été disposés les uns à la suite des autres, à l’intérieur de la salle de prière et dans la cour intérieure.

Sur les corps, qui gisaient en ces lieux, des marques de coups de machettes, et des impacts de balles. Non loin de la mosquée, le scénario est le même. Des hommes des médias ont dénombré 25 corps abandonnés en état de décomposition. Alertés, les parents ou amis des personnes portées disparues se sont rués sur les lieux où gisent les cadavres dans le but de vérifier la présence du corps d’un des leurs. A la question de la provenance de ces cadavres, une source anonyme confie que les corps ont été amenés par des individus du quartier , très tôt le matin. A ce bilan déjà, terrifiant s’ajoutent une dizaine de corps et 65 blessés également imprimés de marques de blessures à l'arme blanche et par balles, selon un recensement de Médecins sans frontières (Msf) dans un seul hôpital de la capital. Face à ce regain de tension aux allures génocidaires, le président centrafricain a imposé un couvre­feu qui va s’étendre de 18 heures, heure de Bangui, à 6 heures. La nature de ces tueries inquiète plusieurs observateurs. Le pays a viré dans l’hécatombe et dans des affrontements sectaires et interconfessionnels entre chrétiens et musulmans dès l’arrivée au pouvoir de Michel Djotodia amené par les rebelles de la Séléka dont une faction s’est transformée en groupe de terreur.