La Nouvelle Tribune

Mali : Les rebelles touarègues du MNLA veulent reprendre les armes

Espace membre

Le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), a annoncé ce vendredi qu’il va reprendre les armes contre l’armée malienne. Et pour cause, des soldats de l’armée auraient ouvert le feu à balles réelles sur des femmes et des enfants qui manifestaient ce jeudi, de façon pacifique, à l’aéroport de Kidal.

A en croire les propos du vice-président du MNLA, Mahamadou Djeri Maïga, les tirs des éléments de l’armée malienne ont fait un mort et cinq blessés, tous des civils. L’incident serait intervenu ce jeudi à l’aéroport de Kidal, lorsqu’une foule de manifestants a pris d’assaut les lieux, empêchant l'avion transportant le premier ministre malien d'atterrir. Selon certains manifestants, des proches du MNLA, qui se sont confiés à l’AFP, les militaires maliens n’ont pas hésité à ouvrir le feu. «Ce qui s’est passé est une déclaration de guerre. Nous allons leur livrer cette guerre», a déclaré le vice-président du MNLA. Il a également ajouté que son mouvement fera payer à l’armée malienne son irresponsabilité dans cette affaire. Pour le MNLA, cet incident constitue l’illustration même d’une violation des accords de Ouagadougou. Au même moment, le gouvernement malien soutient que ses soldats, menacés par une foule incontrôlée, n’ont effectué que des tirs de sommation, suite à des jets de pierre et des tirs d’armes qu’ils ont essuyés. Cette situation risque de faire remonter la tension dans le nord du Mali et pourrait avoir un impact significatif sur le second tour des législatives, prévu le 15 décembre prochain.