La Nouvelle Tribune

Après les USA, le Japon défie la zone aérienne d’identification établie par la Chine

Espace membre

Après les Etats-Unis mardi dernier, le Japon a à son tour défié ce jeudi 28 novembre la Zone aérienne d’identification (Zai) établie samedi 23 novembre dernier par la Chine en mer de Chine orientale. Ce jeudi, des appareils du corps des gardes–côtes japonais ont pénétré et volé dans cette Zone aérienne d’identification.

On apprend aussi que des appareils militaires des Forces d’Autodéfense du pays ont fait le même exercice à une date non précisée. Les autorités nipponnes soulignent que ces opérations se sont déroulées sans aucune opposition de la partie chinoise. Cité par l’Afp, Yasutaka Nonaka, porte-parole des garde-côtes japonais affirme que le pays n’a pas changé ses opérations normales de patrouille dans cette zone. Mieux, le Japon n’a pas informé la Chine de ses plans de vols comme l’a exigé Pékin. « Nous n’avons rencontré aucun chasseur chinois », a-t-il déclaré. Petit rappel. Ce samedi 23 novembre, les autorités chinoises ont annoncé la mise en place d’une Zone aérienne d’identification, en mer de Chine. Cette zone couvre les îles Senkaku disputées par Japonais et Chinois. Considérant cet espace comme sa Zai, Pékin a décidé d’exiger dorénavant les plans des différents vols que d’autres pays voudraient y effectuer. Le Japon, qui a toujours autorité sur les îles Senkaku, et ses alliés américains, ont fustigé l’attitude de Pékin ; ne reconnaissant de facto pas cette nouvelle Zai chinoise. Déjà le mardi des hauts responsables de l’armée américaine avaient annoncé que des bombardiers américains B-52 ont pénétré dans la Zai et l’ont survolée « sans incident ». On attend donc de voir ce que sera la réaction de Pékin.