La Nouvelle Tribune

Syrie : L'annonce de la date de la Conférence de paix de Genève diversement appréciée par les opposants à Assad

Espace membre

Décidément ! En Syrie, la paix n’est pas pour demain. Et elle ne sera non plus pas pour le 22 janvier 2014. Ce lundi 25 novembre, au cours d’une conférence de presse entièrement consacrée à la crise syrienne, le Secrétaire générale des Nations Unies, Ban Ki-Moon a annoncé que la Conférence Genève 2 sur la paix dans le pays se tiendra le 22 janvier 2014.

L’objectif de cette conférence est de négocier une transition politique en vue de mettre fin à une guerre civile qui a déjà fait « plus de 100.000 morts et 9 millions de déplacés », selon Ban Ki Moon, qui croit d’ailleurs qu’il serait « impardonnable » pour les protagonistes « de ne pas saisir cette opportunité de mettre fin aux souffrances et aux destructions. » Comme s’il s’avait que certaines parties prenantes déclineraient l’offre. L’Armée syrienne libre (Asl) a annoncé ce mardi 26 novembre qu’elle ne participera pas à Genève 2. « L’Armée syrienne libre ne participera pas à la conférence de Genève 2 et nous n’arrêterons pas les combats ni pendant ni après Genève 2. Si nos frères souhaitent participer à cette conférence, nous avons un certain nombre de conditions », a annoncé le commandant de l’Asl, le général Selim Idriss. Il précise que parmi les conditions, l’Asl exige « la présence des personnalités de l’opposition de l’intérieur dans la délégation de l’opposition ». De son côté, la Coalition nationale syrienne (Cnt), principale force de l’opposition politique entend bel et bien participer à Genève 2.