La Nouvelle Tribune

Mali : Absent devant le juge hier, le général Sanogo a nouveau attendu ce jour

Espace membre

Alors qu’il n’avait déjà pas donné suite à trois convocations, le général Amadou Sanogo qui était attendu hier mardi, devant le juge Yaya Karambé, n’a pas daigné se présenter. D’après l’une de nos sources, cette énième absence est justifiée par une raison de santé avancée par l’entourage du chef de l’ex-junte militaire.

C’est donc finalement ce mercredi que le général Sanogo sera écouté par le juge d’instruction du tribunal de 1ere instance de la Commune III, Yaya Karembé. Malgré un mandat d’amener délivré par le juge pour obliger le putschiste à se présenter, c’est encore à un jeu de chaise vide qu’il a voulu souscrire hier. Alors que le juge Karembé attendait le prévenu dans les locaux du pôle économique, à Bamako, ce dernier, à en croire une source proche de lui, était en train de se reposer chez lui. L’ex-capitaine récemment bombardé général serait-il en train de narguer la justice malienne ? Toujours est-il que d’autres sources affirment que le chef d’état major général des l’armées a décidé de l’emmener ce mercredi, de gré ou de force, devant le juge. Notons qu’Amadou Haya Sanogo sera entendu sur deux affaires. D’abord, il sera question de l’affaire de la tentative du contrecoup d’Etat du 30 avril 2012. Il s’agit du jour où des Bérets rouges, proche de l’ex-chef d’Etat, Amadou Toumani Touré, ont tenté de renverser le général Amadou Sanogo qui avait pris le pouvoir un mois plus tôt par un coup d’Etat. Suite à l’echec du contrecoup, certains Bérets rouges ont été victimes de réprésailles. Ils ont été torturés à l’électricité, d’autre étaient portés disparus et d’autres encore exécutés, par des hommes proches de Sanogo. Par ailleurs, il est accusé d’être impliqué dans la mutinerie de septembre 2013 dans le camp de Kati. En effet, au cours de cette mutinerie, des ex-compagnons du général Sanogo avaient exprimé leur mécontentement par des tirs de coups de feu dans le camp, suite a la promotion de leur chef au grade de général. Mais chose curieuse, certains de ces militaires mutins ont été retrouvés morts alors que d’autres sont portés disparus. Aujourd’hui, il s’agira pour la justice malienne de découvrir le rôle qu’a joué l’homme du 22 mars dans ces deux sanglantes affaires.