La Nouvelle Tribune

Négociations nucléaires : le président iranien étale son manque d'optimisme

Espace membre

Reprises mi-octobre, les négociations sur le programme nucléaire iranien vont se poursuivre ces jeudi et vendredi à Genève, Suisse. Ces négociations se tiennent entre l'Iran et le groupe des 5+ 1. Le groupe des 5+1 se compose des cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations Unies (Etats-Unis, France, Royaume Uni, Russie, Chine) et l'Allemagne.

Le programme nucléaire de la république islamique fait débat depuis plusieurs années. Les pays occidentaux et Israël redoutent que l'Iran fabrique la bombe atomique avec son uranium enrichi. Téhéran se veut rassurant en martelant qu'il réalise son enrichissement à des fins purement civiles. En participant à ces négociations, le régime d'Hassan Rohani vise la levée des sanctions économiques prises contre le pays par les pays occidentaux. L'enjeu pour les Occidentaux est de voir clair dans le programme nucléaire iranien. A quelques jours de la prochaine rencontre entre les négociateurs iraniens et les différentes délégations occidentales, le président iranien affirme ne pas être optimiste sur l'issue des pourparlers. « Le gouvernement n'est pas optimiste à propos des Occidentaux et des négociations en cours, mais cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas garder espoir pour régler les problèmes », a déclaré le président Rohani cité par l'agence officielle iranienne Irna. Il a fait cette déclaration alors qu'il recevait une délégation de députés iraniens. Pour lui, « il ne faut pas s'attendre à ce que les problèmes soient réglés en peu de temps ». Et pourtant, la dernière rencontre tenue sur ce nouveau round de négociations le mardi 15 octobre dernier a été marquée par un léger vent d'espoir. D'autant plus que les différentes parties, notamment l'Union européenne, les Etats-Unis, et l'Iran ont parlé d' «atmosphère positive » et d' « optimisme prudent ».