La Nouvelle Tribune

Retard dans le paiement de la Misma : le Tchad réclame, la Cedeao s’explique

Espace membre

Le Tchad n’est toujours pas entré en possession de l’argent qui doit servir au paiement de ses troupes engagées au sein de la Mission internationale de soutien au Mali (Misma). C’est du moins, ce qu’a déclaré ce lundi 21 octobre 2013, au micro de RFI, le chef de la diplomatie tchadienne, Moussa Faki. Mais ce retard est dû à certaines procédures  qui prennent du temps, explique la Cedeao qui a promis de payer les contributeurs de la Misma dans les prochains jours. 

Le président tchadien Idriss Deby était déjà monté au créneau le 19 septembre dernier, dans cette affaire de paiement de la troupe tchadienne, de près de 1200 hommes, qui était engagée, dans le nord du Mali. Si depuis lors, l’ONU a déjà remboursé sa part de montant alloué à la Misma, devenu entre temps Minusma (Mission internationale des nations unies pour le soutien au Mali), la Cedeao met encore du temps pour s’acquitter de sa part.

En effet, avant de devenir Minusma (sous la responsabilité de l’Onu), la Misma était déjà engagée au Mali, sous le mandat de la Cedeao.   D’après les explications formulées au niveau du département de maintien de la paix de l’institution ouest-africaine, sur les 1028 dollars par mois, prévus par soldat, soit plus de 500.000 francs CFA ; seulement 200 dollars, soit plus de 100.000 francs CFA, peuvent être prélevés par les Etats. Ainsi donc, chaque soldat est sensé recevoir le reste, ce qui nécessite l’établissement d’une liste nominative. Et c’est, entre autres, l’établissement de cette liste qui justifie, selon des responsables de la CEDEAO, le retard qu’accuse la procédure. Mais le département du maintien de la paix de la CEDEAO rassure de ce que le paiement des troupes africaines engagées au sein de la Misma, sera une réalité dans les prochains jours.