La Nouvelle Tribune

France - Affaire Léonarda : le faux pas de François Hollande

Espace membre

L'affaire « Léonarda » du prénom de l'adolescente rom expulsée avec sa famille de France fait couler beaucoup d'encre et de salive. Face aux dénonciations de certaines associations et partis de gauche notamment celui de l'ex-candidat aux élections présidentielles, Jean-Luc Mélenchon, le ministre de l'intérieur Manuel Valls, avait initié une enquête pour déterminer si cette expulsion avait été menée dans les règles de l'art. 

Ce qu'a confirmé le rapport rendu ce samedi au président François Hollande. Selon ce rapport, on peut retenir que"La décision d'éloigner la famille Dibrani est justifiée en droit ; aucun des recours de M. Dibrani n'a été jugé recevable par la justice administrative (CNDA, TA, CAA) ni par la justice judicaire (cour d'appel)."

Mais la polémique du jour vient de la proposition faite par le président François Hollande à la famille : Léonarda pourra revenir en France, si elle le souhaite, continuer ses études... mais sans sa famille. La question que se posent certains observateurs est: comment pourra t-elle vivre, se loger et se nourrir sans sa famille? Aura t-elle des aides financières de l'état français? 

La proposition a déjà été rejetée par Léonarda, qui affirme ne pas vouloir se séparer de sa famille. Le malaise était palpable en fin de journée à gauche. Le président du parti socialiste a quant à lui affirmé qu'il préférait que tous les enfants de la famille finissent leurs études en France. Le Réseau éducation sans frontières (RESF) a accusé le président François Hollande de vouloir démembrer une famille.

Cette crise traduit une position politique pas claire vis-à-vis de l'immigration en France. Dans certains dossiers, suivant les préfectures qui les traitent, les traitements varient selon la position politique et les humeurs des responsables.