La Nouvelle Tribune

Tensions entre le Congo et l'Angola : des militaires congolais enlevés par des forces angolaises

Espace membre

Les conflits frontaliers qui opposent le Congo Brazzaville à l'Angola sont en phase de pourrissement. Selon des sources militaires rapportées par Xinhua, Cinquante-sept militaires congolais dont un officier supérieur et deux officiers subalternes seraient actuellement pris en otage par des soldats angolais. 

Lundi, lourdement armés, les soldats congolais qui avaient manifesté leur désapprobation au renforcement des positions congolaises au poste frontalier de Pangui, une des zones âprement discutées entre les troupes des deux pays, ont fait leur incursion en territoire congolais pour prendre en otages les soldats sur les limites de la frontière, au poste de Pangui.

La cinquantaine de militaires congolais et les officiers supérieurs enlevés auraient été conduits dans la ville angolaise de Cabinda où ils seraient jusqu'à ce jeudi. La revendication des Angolais porte sur une portion de territoire qui engloberait les localités congolaises de Pangui, Ilounga, Yandza, Ngandambinda et une partie de Kimongo. Selon un garde-frontière congolais les forces Angolaises déployées sur les montagnes tiennent leurs positions sur l'ensemble de cette partie qui, à leur entendement, appartient à leur pays.

Interrogé jeudi à Brazzaville, l'ambassadeur angolais au Congo, Fernando Pédro Mavunza nie les accusations portées contre l'armée de son pays.  Il a déclaré que ces accusations sont fausses. Dans une frontière argumente-t-il, des frictions sont récurrentes soit avec des populations, soit avec des services chargés de surveiller des frontières.