La Nouvelle Tribune

USA : accord entre Démocrates et Républicains sur la crise budgétaire

Espace membre

Aux Etats-Unis, le défaut de paiement n'aura pas lieu est-on tenté de dire. A quelques heures de la date fatidique du 17 octobre- date à laquelle les Etats-Unis seraient en cessation de paiement si un accord n'est pas trouvé entre Démocrates et Républicains, le dirigeant de la majorité démocrate au Sénat a annoncé qu'il avait trouvé un accord avec le chef de la minorité républicaine, Mitch McConnell.

Cet accord signé, in extremis, il faudra le souligner, prévoit le relèvement du plafond de la dette jusqu'au 7 février. Il permettra ainsi, la réouverture des agences fédérales partiellement fermées depuis le 1er octobre avec pour conséquence la mise au chômage technique de près d'un millions de fonctionnaires fédéraux. Pendant ce temps, les négociations se poursuivront autour du budget de l'Etat, gestion 2014.

On se demande si cet accord entre Sénateurs comptera pour la Chambre des Représentants où les Républicains sont majoritaires. Des personnalités républicaines influentes de la Chambre ont déjà rassuré que la Chambre adoptera ce mercredi même ce compromis qualifié « d'accord historique ».

Il faut rappeler que les Etats-Unis sont sans budget depuis ce 1er octobre 2013. Les Républicains, majoritaires à la Chambre des représentants, rejeté le projet de budget de la Maison blanche. Un projet qui prévoit l'entrée en vigueur de l'Obamacare. L'Obamacare n'est rien d'autre que la réforme santé, version Obama, à laquelle les Républicains sont très hostiles. A ce blocage budgétaire c'est ajouté celui du relèvement de la dette qui devrait être réglé avant ce jeudi 17 octobre.

A l'annonce de l'accord entre Sénateurs des deux camps politiques, le président Barack Obama a, par la voix de son porte-parole Jay Carney, félicité les dirigeants du Sénat. Tout en invitant le Congrès (Sénateurs et Représentants) à adopter « rapidement » le texte pour que « les services de l'Etat rouvrent et que la menace d'un défaut de paiement soit écartée ». Le Pire a été évité à l'économie mondiale sans doute.