La Nouvelle Tribune

Syrie : Bachar estime qu'il aurait dû recevoir le prix Nobel de la paix

Espace membre

Non sans ironie, le président contesté de la Syrie a déclaré, lors d'une interview, à l'organe de presse libanais, Al-Akhbar : "Ce prix aurait dû me revenir", parlant du prix Nobel de la paix. Ces propos ont immédiatement soulevé une polémique, ces détracteurs l'accusant de se moquer des noombreux syriens qu'il a fait tuer par son armée. Il a également parlé des armes chimiques dont il se sépare affirmant ne pas regretter son approbation à l'opération onusienne. 

Le président lutte en effet contre une partie de son peuple qui souhaite un changement à la tête de son pays. A cette partie du peuple se sont joints un grand nombre de jihadistes venus de plusieurs pays étrangers prêter maintes fortes aux "combattants d'Allah" comme il les appelle. Depuis le pays est en pleine guerre civile mais a pu éviter de justesse l'intervention des forces étrangères notamment américaines et françaises grâce à l'appui et aux menaces à peine voilées de la Russie. Pays, que le président Bachar a tenu à défendre en affirmant que l'aide apportée par le pays de Poutine n'est pas pour soutenir la Syrie ou sa personne, mais plutôt pour défendre les intérêts de la Russie. Un président donc ragaillardit par le soutien inattendu des russes. Soutien dont n'ont pas bénéficié les autres présidents tombés dans la tourmente des révolutions arabes.