La Nouvelle Tribune

Nucléaire : l'Iran refuse d'envoyer son stock d'uranium à l'étranger

Espace membre

Le dossier du nucléaire iranien sera à l'ordre du jour à Genève ces mardi 15 octobre et mercredi 16 octobre.  En effet, à cette date, les représentants de l'Iran et ceux des pays du groupe « 5 + 1 » que sont les Etats-Unis, la France, le Royaume-Uni, la Russie, la Chine et l'Allemagne se retrouvent dans la capitale suisse pour relancer les négociations sur l'enrichissement du nucléaire par l'Iran.

Relancer car ces négociations avaient été suspendues depuis avril dernier. D'accord avec le principe de réouverture des négociations, le pays du président Hassan Rohani fixe tout de même un préalable. Contrairement à ce qu'exigent les occidentaux et Israël, l'Iran refuse d'envoyer à l'étranger son stock d'uranium enrichi. Mieux, il compte continuer l'enrichissement sur son territoire. Ce préalable a été souligné par Abbas Araghchi. Qui n'est rien d'autre que le chef de file des négociateurs iraniens sur le dossier du nucléaire.

Les occidentaux et Israël redoutent que l'Iran utilise son uranium enrichi pour fabriquer la bombe atomique. Mais Téhéran a toujours démenti ce fait en martelant qu'il ne fait son enrichissement qu'à des fins civiles. Pour fabriquer l'arme nucléaire, l'enrichissement de l'uranium doit atteindre au moins 90%. Pour le moment, l'Iran limite son enrichissement à 20%.