La Nouvelle Tribune

Retrait des pays africains de la Cpi : une honte selon Kofi Annan

Espace membre

Le désir manifeste de quitter la Cpi qu'éprouvent les dirigeants des pays africains n'est pas du goût de l'ancien secrétaire général de l'Onu, Kofi Annan. Il l'a fait savoir lundi, à l'occasion du 82ème anniversaire de l'archevêque Sud-africain Desmond Tutu. «Une marque de honte pour l'Afrique ». C'est en ces termes qu'il a exprimé son indignation à ce sujet.

Dans son discours il a martelé que si ce vote en faveur d'un retrait des pays africains de la Cpi arrivait à se concrétiser, cette honte serait à mettre à l'actif de chacun des dirigeants et de leurs pays. Aussi, fait-il remarquer, du haut de la tribune, «Quelques dirigeants s'opposent et combattent la Cpi, mais il faut reconnaître que ce sont la culture de l'impunité et les individus qui sont jugés par la Cpi et non pas l'Afrique ». Pour lui, dire que la Cpi se focalise sur l'Afrique est une mauvaise appréhension de ses actions. L'ancien secrétaire général des Nations-Unies a affirmé être certain que ce n'est pas le cas.

Lire : L'Union Africaine s'apprête à tourner le dos à la CPI

L'Union Africaine s'insurge contre les actions unidirectionnelles de la Cpi qui apparemment s'en prend qu'aux dirigeants africains.  L'ancien SG Annan balaie du revers de la main ses accusations. D'après lui, les Africains ne peuvent, sous aucun prétexte de progrès, se permettre de s'estimer suffisants.  

Mais plusieurs présidents africains ne voient pas la chose du même oeil. C'est le cas du président guinéen pour qui, il ne faudrait surtout pas une CPI borgne qui ne vise que les chefs d'Etat africains. Il s'aligne donc sur la vision de certains chefs d'Etats africains qui critiquent ouvertement cette cour internationale. Il dit cependant s'aligner sur le choix de l'union africaine dès que celle-ci se pronocerait sur le sujet.

Kofi Annan attendu à Abidjan ce mercredi


Kofi Annan est attendu ce mercredi 09 octobre à Abidjan. L’objectif de cette visite est d’évaluer les progrès et les difficultés rencontrées dans le processus de réconciliation en Côte d'Ivoire, plus de deux ans après la meurtrière crise postélectorale de 2010-2011. Au cours de son séjour, Kofi Annan aura des entretiens privés avec le président Alassane Ouattara et plusieurs autres dirigeants ainsi que des représentants de la société civile. Avec ces composants de la vie sociopolitique ivoirienne, il aura à discuter des défis qui restent à surmonter dans la perspective des élections de 2015.