La Nouvelle Tribune

Côte d'Ivoire : pour le FPI, pas de réconciliation sans Laurent Gbagbo

Espace membre

« Nous sommes condamnés à nous réconcilier, certes, mais cette réconciliation passe par la libération et le retour du président Laurent Gbagbo (...) c’est avec M. Gbagbo que nous allons aller aux états généraux de la Côte d’Ivoire » ainsi s'exprimait Pascal Affi N’Guessan, président du Front populaire ivoirien, parti de Laurent Gbagbo, dans leur fief à Gagnoa.

Pour lui, le retour de l'ancien leader charismatique du parti détenu depuis la fin de la crise présidentielle à la Haye, conditionne la véritable réconciliation qu'attendent les ivoiriens depuis plusieurs années.

La Côte d'ivoire sortie d'une crise qui avait débouché sur une guerre civile ne peut se panser ces plaies sans un effort collectif de pardon et de réconciliation. Symbole : le meeting du FPI a eu lieu à la place du nom de son ancien leader et président de la république Laurent Gbagbo. Plus de 10000 personnes selon les organisateurs ont assisté à ce meeting du parti qui reste encore solidement encré dans une bonne partie du sud du Pays. Ce rassemblement intervient après la sortie de prison de Pascal Affi N'guessan et de 13 autres leaders et sympathisants du FPI. 

Ce meeting est l'une des étapes finales d'une tournée de remobilisation des sympathisants, tournée qui est bien évidemment passée par le village natal de Laurent Gbagbo, Mama, et qui s'achèvera à Issia. Malgré l'isolement politique depuis la prise de pouvoir d'Alassane Ouattara, la grande mobilisation des sympathisants est la preuve que le parti de Laurent Gbagbo est encore encré dans les esprits des ivoiriens, et aucune politique sérieuse ne peut donc avoir lieu sans ce parti national