La Nouvelle Tribune

Terrorisme : les USA capturent un chef d'Al-Qaïda

Espace membre

Il y a quinze ans sa tête avait été mise à prix à cinq millions de dollars Us. Elle a été finalement obtenue. Recherché pour son rôle dans les attentats de 1998 contre les Ambassades américaines  au Kenya et en Tanzanie, Abou Anas al-Libi, l'un des leaders présumés d'Al-Qaïda a été capturé ce samedi par les forces spéciales américaines lors d'un raid mené en plein jour à Tripoli et contre les Shebabs en Somalie.

De son vrai nom Nazih Abdul Hamed al-Raghie, Abou Anas al-Libi, âgé de 49 ans, était membre du Groupe islamique de combat libyen (Gicl) avant de rallier le réseau d'Al-Qaïda. Selon Washington, il a joué un rôle central dans les attentats du 7 août 1998. Pour rappel, ce 7 août 1998, une voiture piégée devant l'ambassade américaine à Nairobi avait fait 213 morts, dont seuls 44 agents de l'ambassade. Au même moment, un camion-citerne piégé avait explosé devant l'ambassade américaine à Dar es-Salaam, en Tanzanie, tuant 11 passants.

L'opération de la capture ce samedi d'Abou Anas al-Libi a été menée avec la collaboration des autorités libyennes, a-t-on appris de plusieurs sources médiatiques.

Si le raid libyen a été un succès, les versions divergent sur l'issue de celui mené en Somalie, précisément dans la localité de Barawe, au sud du pays, contre les Shebabs dans la nuit du vendredi au samedi. L'opération visait à mettre la main sur un responsable Shebab qui serait impliqué dans l'attaque contre le centre commercial Westgate à Nairobi. Une attaque survenue dans le week-end du 21 septembre.

Le porte-parole du Pentagone, George Little a confirmé cette opération spéciale contre un responsable Shebab en Somalie. Mais s'est gardé de fournir plus de détails sur l'issue de l'Opération. «Les militaires américains ont pris toutes les précautions nécessaires pour éviter des pertes civiles dans cette opération et se sont retirés après avoir infligé quelques pertes aux shebab», a déclaré un responsable américain cité par Rfi. Des officiers de l'Armée américaine ont confié sous anonymat à Associated Press (Ap) que la cible visée par ce raid n'a pas été atteinte.

Le porte-parole des Shebabs, Abdulaziz Abu Musab avait indiqué à l'Afp samedi matin qu'un garde shebab a été tué, mais à l'arrivée des renforts, «  les étrangers (soldats américains, Ndlr)  ont fui»

Ça avance au Kenya

Pendant que les forces spéciales américaines menaient leur raid en Libye et en Somalie, les choses semblaient avoir évoluées au Kenya. Là-bas, on en sait plus sur les présumés auteurs de l'attaque sanglante contre le Westgate il y a deux semaines. 

Al-Sudani, Nabhan, Katthab et Omar. Ce sont les quatre noms donnés par les autorités du pays après avoir visualisé la vidéo de surveillance du centre attaqué.

Katthab et Omar seraient, selon des sources citées par Rfi des membres d'Al-Hijra, ce groupe extrémiste kényan affilié aux Shebabs.

Cette attaque du Westgate avait fait plus de soixante morts et plusieurs disparus.