La Nouvelle Tribune

Shutdown : John Kerry met en garde contre le risque d'affaiblissement des Etats-Unis

Espace membre

"Si cela venait à se prolonger, ou à se répéter, la population pourrait commencer à mettre en doute la volonté des Etats-Unis à maintenir le cap ainsi que son aptitude à le faire. Mais ce n'est pas le cas et je ne pense que cela le sera".

Ainsi s’exprimait ce samedi 05 octobre, selon l’Afp, le Secrétaire d’Etat américain John Kerry  sur les conséquences du « shutdown » sur les Etats-Unis.  Il a tenu ces propos lors d'une conférence de presse avant l'ouverture, ce lundi 08 octobre, du sommet de l'Apec (Asie-Pacifique) sur l'île indonésienne de Bali. A ce sommet, John Kerryreprésente le président Obama qui a dû annuler sa participation à cause de la crise budgétaire à l’interne ; le « shutdown ».  

Pour rappel, les Etats-Unis sont sans budget fédéral, gestion 2014 depuis ce 1er octobre. Date à laquelle prenait fin l’exercice budgétaire 2013 et entrait en vigueur celui de 2014. Le projet de budget fédéral a été rejeté par la Chambre des représentants, dominée par les Républicains. Leprojet de Budget 2014 prévoit l'entrée en vigueur de l'Obamacare.  Une réforme d'Assurance-santé introduite par l'Administration Obama, et à laquelle les Républicains sont farouchement opposés. Depuis donc ce 1er octobre, l’administration fédérale tourne au ralenti avec près d’un million de fonctionnaires mis en chômage technique. Le projet de budget a fait déjà plusieurs va-et-vient infructueux entre la Chambre des Représentants et le Senat (à majorité Démocrate). Il est prévu une énième rencontre ce samedi entre ces deux composantes du Congrès en vue de faire bouger les lignes.   

Image écornée, défaut de paiement ?  

Selon certains sondages, l’opinion publique américaine donne tort aux Républicains dans ce bras de fer.  Mais les élus Républicains de la Chambre des Représentants ne lâchent pas l’affaire même si aussi bien de leur côté que de celui de l’administration Obama, on veut sortir de l’impasse. 

Comme éléments de pression, les élus Républicains de la Chambre menacent  de lier la crise du « shutdown » à la question du relèvement du plafond légal de la dette du pays. Cette dette est deseize mille sept cent (16.700) milliards de dollars. Et une prérogative du Congrès pour son relèvement est nécessaire d'ici au 17 octobre. Dans le cas contraire, les Etats-Unis risqueront de se retrouver en défaut de paiement. Une situation "potentiellement catastrophique" selon le Trésorcité par l’Afp. Qui annonce que Cette perspective a provoqué « une nervosité grandissante » des marchés boursiers mondiaux au cours de la semaine. Selon des observateurs, cette situation, si elle perdure, risque de faire dégrader la note des USA, comme ce fut le cas en 1994 à l’issue d’un« shutdown » qui avait duré trois semaines sous l’administration Clinton. 

En plus de cette menace économique directe à l’interne, c’est tout l’image des Etats-Unis qui prend un coup à l’extérieur. 

Si le département d’Etat parle de « conséquences négatives » sur la « posture » du pays à l'étranger, la Maison Blanche indique que faute de personnel, les services du Trésor chargés de faire appliquer les sanctions économiques américaines contre des pays tels que l’Iran et la Syriesont désormais limités. 

Ce lundi était censé débuter le deuxième round des négociations entre l’Union Européenne (Ue)et les Etats-Unis sur la mise en place d’un accord de libre-échange entre les deux parties. Ce rendez-vous a été annulé, apprend-on du côté de l’Ue.