La Nouvelle Tribune

Centrafrique : Djotodia candidat à la prochaine élection présidentielle ?

Espace membre

A Bangui, des signes attestant que le président du Conseil National de Transition (CNT), Ferdinand Alexandre Nguendet est en pleines manoeuvres acrobatiques pour que l’actuel Chef de l’Etat de la Transition Michel Djotodia, puisse poser sa candidature pour la prochaine élection présidentielle. Et pourtant, le président du CNT sait pertinemment que cette démarche est contraire à l’esprit des accords de Libreville.

Cet Accord interdit à tous ceux qui conduisent la transition de se présenter à l’élection présidentielle qui surviendra à la fin de la transition. Dans sa démarche, il a tenté dans un premier temps d’introduire certains articles dans la charte constitutionnelle de la transition en vue de poser le premier pas de son plan. Dieu merci, des conseillers nationaux éclairés et avertis ont vigoureusement combattu cette machination, ce qui a été soldé par un échec. Mais l’homme ne lâche pas l’affaire. Il opte pour une autre stratégie, celle-ci avec un nouveau pion sur le plateau. Et ce pion s’appelle Nicaise Karinou, conseiller national, représentant de la jeunesse.

Nos deux “lascars” projettent créer une mouvance dénommée Arc-en-ciel qui, dans leur calcul, pourra drainer des personnes pouvant constituer un éventuel électorat de Djotodia. Le peuple centrafricain n’est pas dupe pour tomber dans le même piège que lui avait tendu l’ex-président Bozizé. « Pour Nguendet, il ne peut tromper personne avec son comportement tout aussi bizarroïde. Et je pense que les observateurs avertis se méfient pertinemment de lui. Il était président fondateur d’un parti politique, il y a seulement quelques jours, le voilà, par un virage à 180 degré, se fondre dans le sinistrement célèbre coalition Séléka. Ne constitue-t-il pas un virus de la transition ? », nous a confié un Centrafricain sous couvert de l’anonymat. D’après lui Alexandre Ferdinand Nguendet navigue dans une duplicité qui ne dit pas son nom.

Par ailleurs, selon une source auprès des conseillers nationaux, le vote du bureau du Conseil National de Transition se serait effectué sur fond de corruption. D’un point de vue, toutes ces manœuvres démontrent à suffisance le plan conçu par Nguendet visant à pousser Djotodia à trahir son engagement.