La Nouvelle Tribune

Centrafrique : la population Banguissoise marche pour demander la paix dans le pays

Espace membre

Une marche pacifique pour la paix et l’unité nationale a été organisée ce matin à Bangui. Trois points de rencontre ont été retenus pour chaque arrondissement de Bangui.  Il s’agit de la Place des Nations Unies pour les 1er, 2ème, 6ème et 7ème arrondissements ; la Place Marabéna, pour les 4ème, 5ème et 8ème arrondissements et la Station Béa Rex, pour les habitants du 3ème arrondissement. Sur tous les points de départ, les marcheurs avaient comme point de chute la place de la République au PK0.

Ce sont les populations des 8 arrondissements de Bangui, de Bimbo et de Begoa qui se sont mobilisés pour cette marche. On compte la population par comité avec les chefs de quartiers et groupes. « La population Centrafricaine n’a pas d’arme, ni outils de guerre, leur seule force, c’est de marcher et réclamer la paix afin de vivre dans la quiétude » a lâché Obed Fendakpa, chef du quartier Kaga Mongoulou dans le 4èmearrondissement de Bangui. Pour sa part, Orlie Noëlla Gougodohabitante du 8èmearrondissement, dit qu’elle en a marre de vivre dans cette cage de tueries, pillages, vols à main armé… « le peuple Centrafricain a rop souffert. Cette initiative permet de montrer à l’opinion internationale et nationale la volonté du peuple pour le retour définitif de la paix. Dire non aux crépitements d’armes, non aux pillages, non aux violes, non à l’assassinat, aux kidnappings. Nous voulons la paix rien que la paix… ».

Il est à noter que la population s’est moins mobilisée pour cette marche. Pour certains, c’est une mascarade de Djotodia avec ces alliés. « Moi je dirais que le président de la transition se moque de la population centrafricaine. Après tout ce qu’il a fait, tueries, pillages, vols… ses Soudanais et Tchadiens sont venus violés nos sœurs et nos mères, tués nos frères et après il parle de la paix. Quelle ironie de sort ? », nous a confié un habitant du quartier Lakuanga, observant les marcheurs.

Arrivée à la place de la République au PK0, le président de transition, Michel Djotodia, et le ministre de la sécurité publique, Josué Binoua ont accueilli les marcheurs. Un discours de réclamation et de vérité à l’encontre des autorités du pays a été prononcé par M. Nicaise Samedi Karinou, représentant de la jeunesse au conseil national de transition. Avant, un moment de silence a été observé en mémoire des victimes de récents évènements. « Aimons notre pays, nous avons décidé de vous appelez ici en ce lieu, ce matin pour que plus jamais, nous tournons le dos à ce chère pays dont nous avons reçu en lègue et partage. Que cet acte marque l’histoire et change la vision de toute la population et les dirigeants centrafricains. Afin de conduire la Centrafrique vers une paix durable et le retour à l’unité nationale », a déclaré Samedi Karinou. Après un mémorandum a été remis au chef de l’Etat.

Prenant la parole à cette circonstance, le président de transition Michel Djotodia a demandé pardon à tous les centrafricains qui ont été victimes des exactions des éléments incontrôlés de la Séléka en général et en particulier ceux de Bot Rabe et Boeing. Il demande à ce que ces actes se cicatrisent. Car le peuple centrafricain est un et indivisible. « Je sais que beaucoup ne veulent pas de moi. Parce que c’est moi qui ait amené les séléka. Je vous demande pardon mes frères et sœurs. Qu’ils attendent la fin de la transition, je vais me décaler et laisser la place à une autre personne que vous-même vous allez élire», a-t-il dit.