La Nouvelle Tribune

G8 : quand les Grands font leur show!

Espace membre

Ce lundi 17 juin 2013 s’est ouvert en Irlande du Nord le sommet des Chefs d’Etats et de Gouvernements des huit plus grandes puissances de la planète, le G8. 

Entre contestations altermondialistes, comme d’habitude, et haute protection policière, les Grands de ce monde tentent d’harmoniser leurs politiques de lutte contre l’évasion fiscale et coordonner leurs initiatives afin d’enrayer ce fléau qui cause d’énormes préjudices aux recettes budgétaires des Etats, handicapant la reprise économique et la croissance, après les périodes de crises. Quand les « Grands » font leur show, les « Petits » ne manquent pas de s’y inviter, avec des actions d’éclat…

G8, G20, BRICS : Quand la crise rassemble!

A priori, il n’y aurait rien de commun entre ces trois organisations, quelques-unes de plus dans le système international, si la Russie n’était partie-prenante de chacune d’elle. Ainsi, voici Vladimir Poutine à cheval sur trois strapontins de leadership économique mondial.

Ce qui nous amène à nous questionner sur le jeu que joue la Russie, tout en faisant le rapprochement sur l’impact réel de ces regroupements : G8, G20 et BRICS… pour apporter des solutions pertinentes aux problèmes économiques mondiaux et faire face efficacement à la crise dans un monde de plus en plus globalisé.

Sur les trois organisations auxquelles nous nous intéressons, seul le G8 avait un certain rayonnement, jusqu’à période récente. D’abord limité à sept puissances mondiales, la Russie a finalement été associée, plus pour des raisons politiques que pour un poids économique. Car, si on devait reconsidérer le G8 et prendre en compte uniquement le poids dans les échanges mondiaux, la Chine aurait également sa place… dans un « G9 » !

G8, le «Club des Grands…» où s’invitent les «Petits»!

Néanmoins, malgré la notoriété du G8, il faut remarquer que le G20 joue, petit à petit, un rôle croissant, des plus déterminants, de sorte à se positionner en organisation concurrente du G8.

Parfois, on a tendance à mettre les deux regroupements dans le même panier, notamment en ce qui concerne les pays en développement d’Afrique, d’Amérique et d’Asie, qui voient dans ces organisations, des forums de privilégiés, des regroupements réservés aux «riches», pour mieux continuer d’asseoir leur domination sur les pays pauvres…

D’ailleurs, c’est pour cette raison que, lors de chaque sommet du G8, depuis un certain temps, les militants altermondialistes, regroupés au sein de diverses organisations non-gouvernementales, ont pris l’habitude d’installer leurs quartiers dans la ville du sommet, en multipliant les manifestations et autres actions d’impact de nature à faire entendre la voix des plus pauvres, lors de ces sommets ainsi transformés en vitrines de contestation contre l’impérialisme économique occidental.

En outre, il est à noter que, malgré toutes ces contestations, le G8 reste une organisation incontournable qui a l’avantage de rassembler, autour de la même table, les « Grands de ce monde », qui peuvent ainsi s’asseoir pour initier des actions communes contre les problèmes économiques planétaires, à condition de parler d’une même voix et de trouver des points de convergence à leurs intérêts divergents.

Sinon, ce sont les «Petits» qui se chargent de faire le show en faisant braquer tous les projecteurs vers eux, par des actions d’éclats qui font plus parler de «l’autre sommet» que du vrai qui se déroule, salle close, entre les grands dirigeants de la planète.

Par exemple, cette photo, en illustration, montre une des actions médiatiques des militants altermondialistes qui ne ratent plus aucune occasion pour faire le « buzz » autour du G8 et de ses sommets.

Quand le G8 se mobilise face à l’évasion fiscale!

Au nombre des problèmes prioritaires auxquels le G8 s’attaque, après les inquiétudes liées à la crise qui a mobilisé toutes les initiatives jusqu’à l’année dernière, cette année il s’agit surtout de faire face à l’évasion fiscale qui est devenue un souci majeur dans la plupart des pays occidentaux.

Parlant du fléau de l’évasion fiscale, il est à noter que ce ne sont pas uniquement les pays occidentaux qui sont touchés et qui doivent être à l’avant-garde des initiatives mondiales, notamment au G8.

Les pays en développement d’Afrique sont aussi concernés ; et là le problème s’appelle plutôt enrichissement illicite et fuite des capitaux par des dirigeants corrompus et des hommes d’affaires véreux.

Dans tous les cas, aucune initiative ne saurait aboutir, aucune entente ne saurait être trouvée entre les huit puissances, tant que la Suisse, le Luxembourg et les autres paradis fiscaux des îles anglo-normandes et des Caraïbes, continueront de réserver un accueil royal à l’argent sale du monde entier, protégeant les intérêts mafieux dont la Russie est aujourd’hui l’une des principales plaques tournantes.

Alors, ce n’est qu’un sommet de plus pour le G8 qui fait son show, en comptant avec les altermondialistes qui ne manquent pas cette occasion de se donner de la visibilité à l’échelle planétaire. Tout un business qui fait tourner les médias planétaires. En attendant de poursuivre, en «after», avec le prochain sommet du G20 prévu pour le mois de septembre en Russie.