La Nouvelle Tribune

Human Right Watch épingle Ouattara pour partialité

Espace membre

Côte d'ivoire - L'Organisation Human Right Watch qui fait de la liberté et du respect des droits de l'homme son cheval de bataille vient d'épingler le pouvoir en place en Côte d'Ivoire pour dit-elle, une justice à deux vitesses. 

« la justice des vainqueurs ne permettra pas la réconciliation, elle ne permettra pas de rassurer les personnes appartenant ou étant sympathiques au clan Gbagbo. Il est temps de tourner cette page sombre de l’histoire de la Côte d’Ivoire et ça ne pourra se faire qu’au prix d’une justice vraiment impartiale et pas d’une justice de vainqueurs.» HWR

L'organisation pointe une injustice flagrante dans le règlement judiciaire de la précédente crise dans le pays. Pour elle, on ne peut prétendre diriger un pays unifié si la justice ne condamne que des individus d'un seul camp. Elle en veut pour preuve le chiffre de 150 personnes proches du camp Gbagbo qui ont été ou sont poursuivies, tandis qu'aucune personne dans le camp de l'actuel président. Quand on sait que les crimes ont été commis dans les deux camps, cette approche laisse à désirer. 

Lire aussi : Un an après l’investiture de Ouattara : la vie politique ivoirienne dans une monotonie dangereuse

et aussi : Côte d’Ivoire : Des promesses de justice impartiale non tenues

La Cour pénale internationale n'est pas épargnée elle non plus, puisqu'elle est peinte comme une justice à sens unique. Alassane Ouattara a du chemin à faire pour montrer qu'il travaille pour une Côte d'Ivoire unie et non à diviser le pays. Pour se faire, il va sûrement falloir, à un moment ou à un autre, livrer certains de ses amis d'hier, qui n'ont pas moins commis de crimes dans la violente crise qui a secoué la Côte d'ivoire.