La Nouvelle Tribune

Centrafrique : les rebelles du Séléka sont à Bangui

Espace membre

C'est du moins ce qu'a annoncé le groupe rebelle qui combat depuis plusieurs mois déjà les forces loyalistes du Faca. Ils ont demandé aux militaires proches de Bozizé de ne pas combattre et à ce dernier de quitter le pouvoir.

Après l'échec d'une tentative sous-régionale de règlement de la crise, les forces rebelles du Séléka ont lancé depuis quelques semaines une nouvelle offensive contre les forces armées restées fidèles au président Bozizé. Cette fois-ci la tentative semble payante puisque le groupe a annoncé être entré dans la capitale et vouloir le départ immédiat du président en place, François Bozizé.

«Nos éléments viennent d’entrer au PK 12 (point kilométrique 12 qui marque l’entrée dans Bangui). On appelle les populations à rester chez elles, les Faca à ne pas combattre, et le président Bozizé à partir», a annoncé l’un des porte-parole de la rébellion, Eric Massi depuis Paris

Djouma Narkoyo, un des chefs militaires des rebelles a toutefois exclu tout accord avec François Bozizé : «Négocier avec le général Bozizé, non. Combien de fois avons-nous négocié avec lui? Ca ne donne jamais rien». a t-il affirmé au téléphone, joint par une agence de presse internationale. 

Idriss Déby, fidèle allié du président tchadien a insisté sur le fait qu'une prise de pouvoir par les armes n'était pas tolérable. Il a toutefois exclu intervenir dans le pays, soulignant la différence avec le cas malien. Du côté du gouvernement français, une réunion d'urgence a été demandée à l'ONU