La Nouvelle Tribune

Le MNLA prêt à reconnaître l’intégrité territoriale du Mali, le président nigerien favorable au désarmement

Espace membre

Le représentant du MNLA en Europe Moussa Ag Assarid, a affirmé que leurs revendications avaient changé. "Nous sommes en train de rediscuter d’un nouveau statut de l’Azawad". Fini donc le terme "indépendance" employé jusque là. 

"Pour répondre aux sollicitations de la communauté internationale, nous avons accepté de reconnaître l’intégrité territoriale du Mali", a ajouté Moussa Ag Assarid aux journalistes de France 24.

Après la déroute des islamistes, leurs anciens alliés, les touaregs du MNLA retrouvent des couleurs. Ils ont profité du recul de leurs pourfendeurs, pour asseoir à nouveau leur influence sur Kidal, leur fief historique. Les français apparement hostiles à une confrontation entre militaires maliens et rebelles du MNLA serait à l'origine du revirement de la politique du groupe quant à leur volonté d'indépendance. Volonté, il faut le rappeler que rejettent les autorités maliennes, et le peuple malien dans sa majorité.

Mais pour le président nigérien Mahamadou Issoufou, le MNLA est une des causes de la crise au nord du Mali. Interrogé par RFI, il estime que le désarmement des rebelles est plus que nécessaire avant tout type de discussion. Confronté dans le passé à une rebellion touareg, le président n'aimerait pas voir dans le laxisme français une motivation pour les touaregs nigériens. A kidal, militaires français et tchadiens essaient de maintenir une entente cordiale entre les frères maliens noirs et touaregs