La Nouvelle Tribune

Boni Yayi, président en exercice de l'Union Africaine appelle à une intervention au Mali

Espace membre

L`Union africaine (UA) et des pays d`Afrique de l`Ouest ont de nouveau appelé, lundi à Niamey, à déployer "sans délai" une force africaine pour chasser les groupes islamistes armés occupant le nord du Mali.

"Un accent particulier doit être mis sur la nécessité de l`envoi sans délai d`une force internationale en vue d`éradiquer le péril terroriste qui menace la paix dans notre sous-région", a déclaré le chef de l`Etat béninois Thomas Boni Yayi, président en exercice de l`UA. Il s`exprimait à l`ouverture à Niamey d`un sommet des chefs d`Etat du Conseil de l`Entente, une organisation de coopération régionale regroupant Bénin, Burkina Faso, Côte d`Ivoire, Niger et Togo.

"Je renouvelle notre appel au Conseil de sécurité pour qu`il autorise le plus rapidement possible l`envoi d`une force internationale pour aider à la libération du nord du Mali", a lancé le président nigérien Mahamadou Issoufou. "Notre sous-région est soumise à des menaces sans précédent, dont le terrorisme et le crime organisé, qui s`imbriquent pour créer une situation explosive. Ils n`épargneront à terme aucun de nos pays", a-t-il alerté. Une résolution du Conseil de sécurité de l`ONU est attendue avant la fin de l`année pour autoriser l`envoi au Mali d`une force africaine, appuyée logistiquement par des pays occidentaux. Cette force devrait tenter de chasser les mouvements islamistes armés occupant seuls depuis juin le Nord malien. L`UA et la Communauté économique des Etats d`Afrique de l`Ouest (Cédéao), à laquelle appartiennent les pays du Conseil de l`Entente, plaident avec insistance pour une opération armée, mais les Etats-Unis et le secrétaire général de l`ONU Ban Ki-moon ont émis de fortes réserves sur une intervention et sa préparation.