La Nouvelle Tribune

Afrique : l’Unesco inscrit quatre nouveaux éléments menacés d’extinction culturelle

Espace membre

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, les sciences et la culture (Unesco) a annoncé mardi, l’inscription de quatre nouveaux éléments sur la liste de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, qui consacre les pratiques et expressions transmises de génération en génération.

Parmi les éléments inscrits figurent le savoir-faire de la poterie en terre cuite dans le district de Kgatleng au Botswana ; le noken, un sac multifonctionnel noué ou tissé, produit de l’artisanat du peuple de Papouasie en Indonésie ; les tapis traditionnels kirghizes en feutre, l’ala-kiyiz et le chirdak ; et le bigwala, une musique de trompes en calebasse et danse du royaume du Busoga, en Ouganda.

Les femmes de la communauté Bakgatla ba Kgafela du Botswana pratiquent l’art de la poterie en terre cuite avec de la terre glaise, du grès altéré et d’autres matériaux pour fabriquer des pots de formes, motifs et styles divers qui rappellent les croyances et les rituels traditionnels de la communauté.

«Les pots servent au stockage de la bière, à la fermentation de la farine de sorgho, à aller chercher de l’eau, faire la cuisine. Ils servent aussi au culte des ancêtres et aux rituels des guérisseurs traditionnels. La pratique est menacée d’extinction en raison du nombre décroissant de maîtres potiers, des prix bas des produits finis et de l’usage croissant de récipients produits en série», explique l’Unesco dans un communiqué de presse.

Le noken est un filet noué ou un sac tissé à la main à partir de fibre de bois ou de feuillage par les communautés des provinces indonésiennes de Papouasie et Papouasie occidentale. Il sert à transporter les produits de la pêche ou de la chasse, du bois de chauffe, des bébés ou des petits animaux, mais aussi faire les courses et ranger les affaires à la maison.

Image © 2011 by Centre for Research and development of Culture