La Nouvelle Tribune

Tourmente malienne : Dans le tourbillon sécessionniste et de l’islam radical

Espace membre

Tel un volcan qui se réveille de son sommeil, la rébellion touareg consume le Mali de ses larves chaudes. Pour rappelle la rébellion touareg de 1962-1963 au Mali, généralement appelé "première rébellion touareg",  fut très durement réprimée par l'armée malienne .Le pays subit actuellement le revers de la médaille de la décapitation du régime de Kadhafi ,sous le regard passif des alliés – les forces de l’otan ayant frappées en Lybie-. 

Et comme si cela ne suffisait pas le mouvement radical islamique Ançar Dine  entre dans la danse,sans oublié la forte présence d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique(Aqmi) dans la même région. Tel un effet boumerang, le maladroit putsch    du 22 mars dernier avec l’arrivée de capitaine Sanogo et sa horde au pouvoir, a favorisé la progression des sécessionnistes. Qui l’eu cru, le Mali divisé, une icône démocratique brisée, un exemple de laïcité « djihâdisé », excusez le néologisme, et tout ceci en l’espace de quelques mois de combats. «Même pas dans mon rêve dira l’autre ». Et Bien !  Dans un tourbillon sécessionniste et islamo-radical cela est vite fait d’arriver.  Le Bamakois, doit –il se convaincre que « le Mali » son pays, je corrige, « le Mali du Sud », son nouveau pays est limité au nord par « le Mali du Nord » ou « l’Azawad », au sud par la Guinée et la Côte d’Ivoire, à l’Ouest par la Mauritanie et à l’Est par le Burkina? On ne saurait être un oiseau de mauvais augure. Seulement à l’horizon se dessine quelque chose que qui veut voir, verra.