La Nouvelle Tribune

Election présidentielles au Sénégal : autopsie d’une alternance

Espace membre

Une page vient de se tourner à Dakar. En félicitant son adversaire au terme d’une campagne électorale marquée de violences, le Président Wade vient de se racheter une respectabilité a minima. Macky Sall, candidat soutenu par la coalition des partis d’opposition Benno Bokk Yakaar (Unis pour le même espoir !), l’emporte à plus de 65% contre 35% au Président sortant Abdoulaye Wade du PDS (Parti Démocratique Sénégal) et ses alliés politiques.

Une vraie déculottée pour l’un des vieux baroudeurs de la scène politique sénégalaise.

Quels sont les enseignements à tirer de l’élection du nouveau président Macky Sall ?

Personnellement, j’en vois quatre : la détestable personnalité du président sortant, le rôle de la société civile, la défection des alliés occidentaux de Wade et enfin, le tassement du clientélisme confessionnel des puissantes confréries islamiques.

1- Wade : «  l’Etat c’est moi ! »

On pourrait résumer les douze années du Président Wade à la tête du Sénégal par un seul mot : démesure. Sur le plan intérieur, elle est partout cette ivresse du pouvoir qui a singularisé la gouvernance de Maitre « Ablaye » Wade.

D’abord un mépris réel pour la démocratie et les équilibres institutionnels. Sous sa présidence, la Constitution sénégalaise fut modifiée plus d’une dizaine de fois souvent pour des motifs aussi farfelus que saugrenus. A titre illustratif, il a fallu amender la constitution pour ramener le mandat de Macky Sall, alors Président de l’Assemblée Nationale de 5ans à 1 an ! Son tort ? avoir commis une enquête parlementaire sur la gestion scabreuse des fonds alloués à l’agence chargée de l’organisation de la Conférence Islamique (Anoci) dirigée par le fils du Président de la République, Karim Wade.

Ensuite, sur le plan infrastructurel, la démesure prend tout son sens et laisse songeur.

Le projet des « 7 merveilles de Dakar » s’est révélé une pure chimère, faute de réalisme dans le montage financier des dossiers. Sans parler de la construction du « Tramway de Dakar »  lui aussi resté au stade de vœu pieux. Pendant qu’à Dakar, on manque de médicaments de base et d’ouvrages didactiques dans les écoles, le président se fait construire un Monument de la Renaissance Africaine évalué à plus d’une vingtaine de milliards de FCFA et dont l’architecture financière reste jusqu’à présent pour le moins opaque.

Le Sopi (changement en wolof), c’est aussi les malversations financières et les scandales à répétition qui selon le journaliste sénégalais Abdou Latif Coulibaly (cfr. La République Abimée, 2011) sont la marque de fabrique du PDS et ses alliés au pouvoir.

Citons pêle-mêle les scandales liés à l’achat de l’avion présidentiel, les Chantiers de l’Anoci, le Plan Takkal (lutte contre les délestages), les Chantiers de Thiès, la Construction de routes bitumées entre Dakar et Kaolack, la Goana (Grande offensive agricole pour la nourriture et l’abondance), l’affaire Ségura (tentative de corruption d’un représentant local du FMI par le président Wade en octobre 2009), le Fesman (Festival mondial des arts nègres)...

Le présidentialisme tropical, c’est aussi imposer son fils contre vents et marées.

Malgré sa cuisante défaite aux municipales à Dakar en 2009, le prince Karim sera « promu » à la tête d’un super-ministère chargé de l’Energie, de la Coopération Internationale, de l’Aménagement Territorial, du Transport Aérien et des Infrastructures. Les sénégalais ont tôt fait de le surnommer ironiquement « Ministre du Ciel et de la Terre! » du fait de l’étendue de ses attributions ministérielles. Dans un pays aussi pauvre que le Sénégal, il est inadmissible qu’un ministre fût-il fils du Président de la République, se déplace dans le cadre de ses missions à l’étranger en jet privé affrété à prix d’or ! Qu’à cela ne tienne, au Sénégal, la démesure était sans limite...

Sur le front social, les principales villes du pays sont confrontées à un chômage endémique où plus de 30% de la population active est sans emploi, désœuvrée et livrée à elle-même.

Les délestages d’eau et d’électricité sont monnaie courante dans les centres urbains et périphériques. Les prix des denrées de premières nécessités (riz, huile, lait, pain, sucre...), ont explosé tandis que le pouvoir d’achat des sénégalais continue de s’amenuiser.

Les étudiants et les enseignants paupérisés, sont à deux doigts d’une année blanche par la faute d’un pouvoir complètement ivre et sourd aux revendications sociales.

Lors de la passation des charges à son successeur, Wade affirmera, hagard devant les journalistes « Peut-être n’ai-je pas suffisamment cerné la demande sociale... »

Ultime aveu d’échec d’un pouvoir hors-sol devenu autiste et sénile.

Last not the least, la présidence Wade, c’est aussi la mise à mort systématique de tous les dauphins ou leaders gênants du PDS au profit de son fils Karim Wade. Ses ex-premiers ministres Idrissa Seck et Macky Sall sont tour à tour, humiliés publiquement, déchus politiquement avant d’être persécutés judiciairement. Cheikh Tidiane Gadio, ex-patron de la diplomatie sénégalaise, Aminata Tall, ancienne ministre, Modou Diagne Fada, ancien dirigeant des Jeunesses Libérales, ont subi également les foudres du Président Wade avant de rallier l’opposition de guerre lasse. Notons enfin, au registre de politique intérieure, l’échec du président sénégalais sur le conflit casamançais qu’il avait promis de régler en cent jours dès sa prise de fonction en mars 2000.

Sur la scène internationale, que retenir du leadership du Président sénégalais au service de l’Afrique ? Rien de bien significatif. Sinon qu’il fut le premier Chef d’Etat africain à aller légitimer à Benghazi en juin 2011, l’agression militaire de l’OTAN contre Mouammar Kadhafi son ancien bienfaiteur. Il sera par la même occasion le premier dirigeant africain à accréditer à Dakar, une représentation diplomatique des rebelles du Conseil National de Transition (CNT), appendice par excellence de l’impérialisme occidental en Libye.

Au mépris du plan de l’Union Africaine qui prévoyait un dialogue politique inclusif entre les parties en conflit.

En Côte d’Ivoire, avant et pendant la crise post-électorale, ses prises de position en faveur d’Allassane Ouattara auront achevé de le discréditer au sein de l’opinion publique africaine.

Comment cautionner l’une des pires supercheries politiques dont se sont rendus coupables les puissances occidentales et leurs valets africains en agressant un pays qui aspirait à préserver sa souveraineté ? En effet, le président sénégalais fut un des fervents défenseurs de l’option militaire contre Gbagbo là où la plupart de ses pairs africains préféraient une solution politique négociée.

Il se fendra même d’une interview dans la presse française où il exalta son rôle dans le coup d’Etat contre Laurent Gbagbo, le président légitimement élu par les ivoiriens : « Il nous fallait aller vite. Si on ne l’avait pas fait, il y aurait eu beaucoup plus de dégâts et de morts »,

(Le Figaro du 13-04-2011). Quelle irresponsabilité !

Enfin, à titre anecdotique, Abdoulaye Wade fut le parrain des principaux rebelles ivoiriens avec qui il signera un accord de cessez-le feu le 17 Octobre 2002 à Dakar sous l’égide de la Cedeao dont il assurait la présidence tournante. Guillaume Soro dont la cruauté est notoire, se targuait même de l’appeler affectueusement « papa ».

2-La société civile comme gardienne du temple...

Le Mouvement du 23 juin 2011 (M23), né des cendres encore fumantes du projet de loi sur le « ticket présidentiel » -qui aurait permis au président et son vice-président d’être élus avec un minimum de 25% des voix !-, s’est forgé une vraie légitimité au sein de l’opinion publique et des acteurs politiques de l’opposition. Ce mouvement comprend des associations citoyennes comme les jeunes rappeurs de « Yen a marre », des partis d’opposition de la coalition Bénoo Siggil Sénégaal (Unis pour le Sénégal), la société civile comme la Raddho (Rencontre africaine des droits de l’homme) d’Alioune Tine et d’autres mouvements associatifs.

Ces différentes associations aussi larges qu’hétéroclites avaient un but commun : empêcher Wade de rempiler pour une troisième fois et veiller au strict respect de la loi fondamentale. Signalons aussi par ailleurs, le rôle capital de Moustapha Niasse de l’AFP (Alliance des Forces du Progrès) et d’Ousmane Tanor Dieng du Parti socialiste au niveau de l’unification de cette plate-forme politique et citoyenne contre le président sortant.

En organisant des séminaires sur la légalité d’une énième candidature d’Abdoulaye Wade, le M23 a su fédérer également les anciens déchus du parti au pouvoir dont entre autres, les ex-premiers ministres Idrissa seck, Macky Sall, Cheikh Tidiane Gadio, ex- ministre des Affaires étrangères de Wade, Aminata Tall, ancienne ministre et d’autres moins connus.

Des figures populaires comme l’artiste-musicien Youssou Ndour, «  le roi du mbalax », dont la candidature avait été rejetée pour des arguties juridiques ont également contribué à isoler Abdoulaye Wade au sein des couches populaires.

Le président sortant pariait sur l’essoufflement du mouvement contestataire et quelques défections de taille. Fort heureusement, les principaux leaders du M23 surent prioriser l’essentiel et taire leurs divergences afin de mettre hors jeu la coalition FAL (Forces alliées pour la victoire) au pouvoir. Grâce à une large mobilisation populaire du M23 et du front d’opposition Benno Bokk Yakaar, le second tour du scrutin s’est transformé en un véritable référendum anti-Wade. Une vraie leçon de réalisme politique.

3- L’échec de l’instrumentalisation des confréries comme « bétail électoral »

Cette fois-ci les khalifes des confréries islamiques se sont montrés circonspectes et ont décidé de faire profil bas au second tour de la présidentielle. Malgré les pressions financières du pouvoir en place. Aucun « ndiggël » - consigne de vote - n’a été donné par les chefs des confréries islamiques exception faite de quelques seconds couteaux comme le marabout Béthio Thioune qui a appelé à voter pour Wade. La pression populaire aidant, une consigne de vote en faveur de Wade aurait achevé de les discréditer totalement au sein de l’opinion publique mais aussi auprès des fidèles. En sus, une consigne de vote pour Wade était assez hypothétique en termes de votes effectifs dans les urnes.

Depuis son accession au pouvoir, Wade n’a eu de cesse d’instrumentaliser son appartenance au mouridisme, l’une des puissantes confréries islamiques, à des fins électoralistes. Ses largesses financières à tel ou tel khalife général, ou à la faveur d’une cérémonie cultuelle à Touba, ville sainte des mourides, ont suscité inquiétude et réprobation à la fois chez les partis politiques mais aussi les chefs religieux.

En 2000 déjà au second tour, la plupart des confréries avaient appelé à voter Abdou Diouf sans succès. Cette fois-ci, malgré les appels pressants du pouvoir en faveur d’un « ndiggël », les khalifes ont tôt compris la nécessité de ne pas prendre position en faveur du président Wade dont le rejet au sein de l’opinion était claire car cela pourrait se révéler contre-productif comme naguère en 2000 avec Abdou Diouf.

De son coté, Macky Sall a préféré prendre ses distances vis-à-vis de ces autorités religieuses dont il reprouve le mélange des genres. Préférant les cantonner dans leur fonction sociale et cultuelle loin de toute forme d’instrumentalisation politique.

4- Un président lâché par ses parrains occidentaux...

« This is a man ! », « Voilà un homme ! » Ainsi s’exclamait George W. Bush à l’endroit de son homologue sénégalais en le présentant à Condoleeza Rice à Dakar le 08 juillet 2003. Il faut dire que depuis son arrivée au pouvoir en 2000, le président sénégalais n’a d’yeux que pour Washington. Exit donc Paris jugée trop archaïque. Plusieurs faits attestent de ce rapprochement vis-à-vis de Washington.

D’abord la nomination du très « américanophile » Cheikh Tidiane Gadio pour piloter sa diplomatie. Puis la signature d’importants contrats de lobbying politique gérés notamment par le cabinet JC Watts (Jeune Afrique, 13-12-2004) dans le but de non seulement de crédibiliser son image auprès de l’administration américaine mais aussi de générer des flux financiers conséquents pour le Sénégal.

Wade a bénéficié durant ses mandats d’un « partenariat stratégique » avec les Etats-Unis lequel comprenait la lutte contre le terrorisme, l’aide à la modernisation des infrastructures sénégalaises comme le Port Autonome de Dakar, grâce au Millenium Challenge Account (MCA), un programme destiné à renforcer l’investissement privé en vue d’accélérer la croissance économique en Afrique. Le Sénégal fera aussi l’objet d’une augmentation significative de l’aide publique au développement de la part des Etats-Unis dans le cadre de ce « partenariat stratégique ».

Fort de toutes ces sollicitudes, il sera même invité au sommet du G20 en mai 2011 à Deauville, aux cotés d’Obama, le président sénégalais crut que tout lui était permis.

Y compris grâce à une forfaiture juridique, se présenter à un troisième mandat alors que la Constitution sénégalais le lui interdit. En décembre 2011, il engage le prestigieux cabinet américain d’avocats Mc Kenna Long & Aldrige afin de faire gober aux officiels américains et à l’administration d’Obama, l’idée d’un troisième mandat présidentiel. Le contrat selon la presse sénégalaise, avoisinait 100.000 dollars !

Suite à la validation en février 2012 de sa candidature par le Conseil Constitutionnel sénégalais et la réprobation générale suscitée par cette candidature, les Etats-Unis se rangèrent du coté de la contestation populaire. Ils exhortèrent ouvertement le président sénégalais à passer la main et à œuvrer pour « un changement de génération ».

Johnnie Carson, sous secrétaire d’Etat américain aux Affaires Africaines, confiera avoir personnellement téléphoné au président sénégalais afin de l’exhorter à ne pas se présenter à un troisième mandat. Sans succès.

Du coté de l’Elysée, c’est d’abord l’attentisme et une certaine hypocrisie qui l’emportent.

On « comprend » les manifestations civiles d’opposants à Wade mais on ménage un allié en difficulté qui peut toujours servir. Dans un premier temps, via le très imbuvable Alain Juppé, ministre des Affaires Etrangères, la France en appellera à « un scrutin où serait représenté toutes les sensibilités ».

Sentant son isolement diplomatique face à la détermination des leaders du M23 et surtout la fermeté de Washington, Paris réclamait désormais « un changement de génération ». Finis donc la coterie et les faux-fuyants de la Françafrique, place au réalisme !

L’alignement de la France sur la position étasunienne achevait ainsi de sceller le sort d’Abdoulaye Wade sur l’autel de la realpolitik entre puissances impérialistes.

Wade dont on connait le goût pour la spéculation intellectuelle, aurait dû méditer cette sentence de Pierre Mendes France : « les hommes passent, les nécessités nationales demeurent ». Rideau !

En guise de conclusion, l’élection du Président Macky Sall marque la victoire du « menu peuple » et ses alliés contre le « gras peuple ». Cette victoire appelle par ailleurs, l’édification de trois priorités qui me paraissent essentielles :

Primo : refonder un véritable pacte social autour d’un Etat démocratique où la séparation des pouvoirs aurait un contenu concret et non proclamatoire. Sortir de l’Etat-PDS fait de népotisme, d’injustices, d’arbitraires pour édifier un Etat juste, équitable et gouverné démocratiquement. Le président Macky Sall s’est engagé à mettre en œuvre les recommandations issues des Assises Nationales tenues du 01 juin 2008 au 24 mai 2009 sous l’égide de Amadou Mahtar M’Bow, ancien directeur général de l’UNESCO dont la probité est reconnue de tous. De ces « Etats Généraux » de la vie publique sénégalaise sont sorties des lignes directrices qui jettent les bases d’une éthique nouvelle de la gouvernance politique au Sénégal. Il faudra veiller scrupuleusement à leur mise en œuvre.

Secundo : lutter contre la vie chère et le chômage endémique qui touche la population active dans les grandes villes notamment. La question sociale et économique était au cœur de la contestation du régime de Wade lors de ces présidentielles. En 2008 déjà, Dakar était en proie aux émeutes de la faim du fait de la hausse des prix des denrées de première nécessité.

La poussée migratrice de la jeunesse sénégalaise vers l’Europe dans les embarcations de fortune, s’explique largement par l’incapacité de l’Etat à faire face aux préoccupations économiques et sociales de ses citoyens. Il faudra s’y atteler rapidement et autrement.

Tertio: la question de l’affirmation d’un véritable leadership sénégalais afin de faire face aux grands enjeux qui minent l’Afrique et singulièrement sa zone ouest en proie à des crises politiques aigües notamment au Mali, en Côte d’Ivoire et au Nigéria. Le Sénégal doit cesser d’être l’idiot utile de l’impérialisme occidental et s’ancrer résolument dans la défense de la dignité de l’Afrique.

Olivier DOSSOU FADO
Mouvement pour la Renaissance Africaine (MORAF)
[email protected]