La Nouvelle Tribune

Braquage dans le Nord-Bénin : Vingt millions de francs emportés

Espace membre

Vendredi 23 août 2013, les malfrats ont dicté leur loi. Du convoi de commerçants peulhs en provenance du Burkina-Faso qu’ils ont réussi à dévaliser, à la lisière d’une forêt à Tchémicthé, à la sortie nord de Copargo, ils sont partis avec un butin de 20 millions F Cfa. Ils ont une fois encore prouvé que la menace de l’insécurité dans ce pays, est bien réelle.

 Vendredi 23 août passé, selon un élément sonore passé sur la Radio Nationale, un convoi de cinq véhicules conduisant des commerçants peulhs, a été attaqué par une bande de malfrats. Pourtant, d’après les explications de Djaou Abdou, Adjudant Chef de la Gendarmerie de Copargo, les véhicules étaient sous escorte de la Compagnie de Parakou. Malgré cette précaution, les braqueurs, certainement renseignés à propos des voyageurs, ont pu commettre leur forfait. Ils se sont attaqués au convoi en provenance du Burkina-Faso, à la lisière d’une forêt située à Tchémitché, à la sortie nord de Copargo.

Les rafales de tirs à balles réelles  qui s’en ont suivi, ont semé la débandade dans le rang des voyageurs. Si certains - à bord de 4 véhicules - ont réussi à se sauver, les autres - dans le 5ème véhicule conduit  par Kpakati Rasackou, 32 ans et natif de Djougou - ont eu peu de chance. Le conducteur, atteint par les balles calibres 12, a rendu l’âme et les braqueurs ont emporté une somme de vingt millions de Francs Cfa.

Médecin après la mort, une équipe mixte d’intervention de la Compagnie de Djougou, dirigée par le Capitaine Joël Dégan, venue 30 minutes après, a engagé une patrouille  infructueuse dans un rayon de huit kilomètres du lieu du crime.  

Mais, les enquêtes se poursuivent et les auteurs de l’opération pourront être détectés, a affirmé le Capitaine. Le corps de la victime a été confié aux siens pour son inhumation.