La Nouvelle Tribune

La répression du kpayo fait un mort à Vèdoko

Espace membre

L’essence kpayo a coûté la vie à un jeune homme à Cotonou samedi dernier sur le tronçon carrefour la vie/la mort et carrefour vèdoko. Pas des suites d’un incendie cette fois-ci, mais plutôt d’un accident de circulation, conséquence de la répression à tout prix et n’importe comment par certains policiers.

D’après les témoignages reçus, l’accident aurait été causé par un véhicule pick-up de la police nationale. «Les policiers ont aperçu sur le chemin, un conducteur de moto transportant des bidons. Dieu seul sait si c’étaient des bidons d’essence ; ce qui est sûr, c’est que les policiers l’ont pris comme un transporteur du «kpayo», informe un témoin du drame. Il poursuit : «Les policiers, subitement, se sont arrêtés sur la voie dans le but de mettre la main sur ce conducteur de moto avec des bidons». C’est ainsi, à en croire nos informateurs, deux jeunes hommes qui ne s’attendaient pas à cet arrêt subit dans cette grande circulation vinrent heurter leur moto contre le véhicule des policiers. Tombé, l’un d’eux se fait écraser la tête par un véhicule «Dindon» qui venait du derrière. A propos de son compagnon, grièvement blessé mais pas décédé sur place, on a appris hier, qu’il aurait rendu l’âme quelques heures après. Mais d’autres témoins ont démenti. Ce qui est certain, c’est qu’à la suite de l’accident et du décès de la première personne, les populations environnantes se sont soulevées pour manifester leur mécontentement face à la manière dont se fait la répression contre la vente de l’essence de la contrebande. «La méthode, se désolent-elles, au lieu de mettre fin ou du moins de limiter les dégâts causés par le kpayo, crée d’autres victimes qui ne sont même pas des vendeurs de kpayo.»